Reseña: Julie Lavielle, Sociologie des mobilisations pour la mémoire en Colombie, Paris, L’Harmattan, 2021, 374 p., en Caravelle, 118/2022.

S’ouvrant sur les métaphores du sirirí, oiseau de Colombie défendant ardemment sa couvée, et du « tyran mélancolique nommé mémoire du monde », l’ouvrage de Julie Lavielle réunit d’entrée deux problématiques indissociables du temps présent colombien : violence et mémoire. Dans la perspective d’une ligne de recherche fondée sur la « sociologie de la mémoire », elle s’appuie sur un ensemble de sources écrites, hémérographiques, d’enquêtes orales et d’entretiens aussi bien à l’échelle nationale et de ses acteurs. Y trouve également sa place une conjoncture vécue au quotidien, en particulier dans le cadre des régions, de leurs disparus et de leurs victimes d’une violence sans fin. Cette quête de réparation et de justice oriente ainsi cette analyse précise des politiques de mémoire sans pour autant les placer sur un piédestal.

La réflexion de l’auteure se fonde en effet sur les récits des victimes aussi bien que sur des trajectoires biographiques. À cet égard, elle met en évidence les interactions existantes entre les différents acteurs d’un drame séculaire, à différentes échelles et les articulant sur le temps long des relations entre l’État et la société depuis la période dite de la « violence » et ses conflits partisans (1948) à la période récente. D’où la prise en compte de la réponse apportée à un quotidien passablement brouillé par le conflit et la diversité de ses acteurs (guérillas, ELN, FARC… et les formes de la répression, contre-guérillas des AUC, armée, police, narcotrafiquants, l’État, les associations ou les politiques, syndicats, sans oublier le monde de la culture et de l’université) : celle des mobilisations dans lesquelles l’invocation de la mémoire, terme parfois galvaudé, à tout le moins instrumentalisé en dehors des SHS, retrouverait cependant tout son « sens commun ». Au croisement de l’histoire et de la politique, voire des politiques publiques de la mémoire, l’ouvrage s’attache dès lors à considérer la recherche d’un « sens commun » de la mémoire en Colombie, des années 1950 à 2010, sur la base des premiers rapports publiés sur le conflit armé, puis l’émergence de la mémoire comme catégorie d’action publique à partir des années 1990 (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/12673

Référence électronique

Frédérique Langue, « Julie Lavielle, Sociologie des mobilisations pour la mémoire en Colombie »Caravelle [En ligne], 118 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 03 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/12673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.12673

Colombia Truth Commission Opens Doors

National Security Archive. Colombia Truth Commission Opens Doors, But Faces Significant Barriers to Access. Database of Declassified U.S. Records Provides Essential Evidence on Colombian Conflict.

 

November 29, 2018 – The formal launch today in Colombia of the Commission for the Clarification of the Truth, Coexistence and Non-Repetition(Truth Commission) is an important step forward in the country’s effort to consolidate peace, guarantee the rights of victims, and move forward after a long and brutal conflict that took hundreds of thousands of lives. To mark the occasion, the National Security Archive is posting 12 documents from a database of over 20,000 declassified records donated to the Truth Commission earlier this year as part of our commitment to supporting the Right to Truth and the rights of the victims of Colombia’s conflict.

Starting today, the 11-member Truth Commission has three years to complete a final report on more than 50 years of political violence and civil war. Among the chief goals of the Commission is to clarify grave violations of human rights and international humanitarian law and to delineate the collective responsibilities of the Colombian state, insurgent groups like the FARC, right-wing “paramilitary” groups, narcotraffickers, foreign governments, and third parties (“terceros”) such as multinational corporations.Unlike the Special Jurisdiction for Peace (JEP), a separate tribunal established to prosecute the conflict’s worst abuses, the Truth Commission’s investigations are extrajudicial in nature. More than just a cataloging of bombings, kidnappings, assassinations and military confrontations, the Commission’s mandate is to investigate the causes and consequences of the conflict, to grapple with its complexity, to shine a light on the less-understood aspects of the violence, and to produce a comprehensive narrative on the conflict with a focus on victims (…) Continuar leyendo “Colombia Truth Commission Opens Doors”

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search