Reseña: Julie Lavielle, Sociologie des mobilisations pour la mémoire en Colombie, Paris, L’Harmattan, 2021, 374 p., en Caravelle, 118/2022.

S’ouvrant sur les métaphores du sirirí, oiseau de Colombie défendant ardemment sa couvée, et du « tyran mélancolique nommé mémoire du monde », l’ouvrage de Julie Lavielle réunit d’entrée deux problématiques indissociables du temps présent colombien : violence et mémoire. Dans la perspective d’une ligne de recherche fondée sur la « sociologie de la mémoire », elle s’appuie sur un ensemble de sources écrites, hémérographiques, d’enquêtes orales et d’entretiens aussi bien à l’échelle nationale et de ses acteurs. Y trouve également sa place une conjoncture vécue au quotidien, en particulier dans le cadre des régions, de leurs disparus et de leurs victimes d’une violence sans fin. Cette quête de réparation et de justice oriente ainsi cette analyse précise des politiques de mémoire sans pour autant les placer sur un piédestal.

La réflexion de l’auteure se fonde en effet sur les récits des victimes aussi bien que sur des trajectoires biographiques. À cet égard, elle met en évidence les interactions existantes entre les différents acteurs d’un drame séculaire, à différentes échelles et les articulant sur le temps long des relations entre l’État et la société depuis la période dite de la « violence » et ses conflits partisans (1948) à la période récente. D’où la prise en compte de la réponse apportée à un quotidien passablement brouillé par le conflit et la diversité de ses acteurs (guérillas, ELN, FARC… et les formes de la répression, contre-guérillas des AUC, armée, police, narcotrafiquants, l’État, les associations ou les politiques, syndicats, sans oublier le monde de la culture et de l’université) : celle des mobilisations dans lesquelles l’invocation de la mémoire, terme parfois galvaudé, à tout le moins instrumentalisé en dehors des SHS, retrouverait cependant tout son « sens commun ». Au croisement de l’histoire et de la politique, voire des politiques publiques de la mémoire, l’ouvrage s’attache dès lors à considérer la recherche d’un « sens commun » de la mémoire en Colombie, des années 1950 à 2010, sur la base des premiers rapports publiés sur le conflit armé, puis l’émergence de la mémoire comme catégorie d’action publique à partir des années 1990 (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/12673

Référence électronique

Frédérique Langue, « Julie Lavielle, Sociologie des mobilisations pour la mémoire en Colombie »Caravelle [En ligne], 118 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 03 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/12673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.12673

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search