Le Venezuela est une île

Censure à l’encontre des médias y compris étrangers, départ des compagnies aériennes: l’isolement du pays découle d’une stratégie conçue de longue date d’après le modèle cubain
Un graffiti à Caracas, au Venezuela, représentant l’ancien président Hugo Chávez, et le héros Simón Bolívar, «libérateur de l’Amérique latine». Photo Luis Robayo. AFP

Le 29 août 2017, un jour à marquer d’une pierre blanche. Devant la conférence des ambassadeurs, le président Emmanuel Macron qualifie le régime vénézuélien de «dictature», soulignant également la crise humanitaire à laquelle est confronté le pays. Fin du silence diplomatique et de la complaisance lequel, pendant des années, a couvert les échanges avec le Venezuela, depuis la France ou ailleurs. L’une des dernières tentatives des thuriféraires de la dictature, «insoumis» et autres experts autoproclamés, de défendre un modèle désormais indéfendable, consiste à cet égard à rejeter la responsabilité de la situation sur le successeur de Hugo Chávez. Nicolás Maduro, président depuis la disparition du «commandant suprême» et «Bolívar du XXIe siècle» en 2013, serait confronté à la «guerre impérialiste» menée par les Etats-Unis, alors que les échanges entre les deux pays, pétroliers notamment, n’ont jamais vraiment été remis en question par les deux parties, si ce n’est très récemment par l’administration… américaine. Il serait un leader moins charismatique, privé des ressources qu’assuraient jusqu’en 2012 les hauts cours du pétrole. Soit. Les images qui demeurent, celles des correspondants de presse, de photographes et de journalistes qui ont pu faire leur travail avant d’être censurés, emprisonnés ou expulsés s’agissant des envoyés étrangers, témoignent toutefois d’une répression gouvernementale démesurée à l’encontre d’une population civile non armée. Non armée si ce n’est d’un violon comme le jeune musicien violemment appréhendé. Non armée, comme cette vieille femme participant à un exercice de tir pour obtenir de quoi nourrir sa famille en échange de sa participation à la mobilisation générale décrétée par le régime afin de défendre le pays de «l’agression impérialiste». Autrement dit, de quoi obtenir des Clap (comités chavistes d’approvisionnement, lesquels fournissent leurs partisans exclusivement en produits de première nécessité) de quoi survivre en ces temps de crise humanitaire sans précédent.

En fait, c’est bien avant le «chavisme» qu’il convient de situer les origines de la catastrophe (…)

Poursuivre la lecture sur Libération : http://www.liberation.fr/debats/2017/08/31/le-venezuela-est-une-ile_1593332

 

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”

Cuba : d’un anniversaire oublié à la visite de Barack Obama

Il est un anniversaire oublié dans la litanie des credo révolutionnaires comme dans le concert des satisfecit décernés à la “transition” cubaine depuis le retrait de Fidel Castro en faveur de son frère Raúl en février 2008 et la lune de miel que connaitraient désormais les relations cubano-américaines: celui de la Tricontinentale, Conférence de Solidarité avec les Peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine, qui s’est tenue du 3 au 15 janvier 1966 à La Havane.

La visite récente du chef d’Etat cubain en France début février 2016, où il prôna la “diplomatie économique”, celle du président américain à La Havane en mars, n’ont pas été l’occasion de se remémorer un événement fondateur d’une conscience politique -celle qui présida au mouvement des non alignés et inspira nombre de mouvements d’Indépendance en Amérique latine et ailleurs-. Le propos en est certes devenu beaucoup plus diffus, bien que renvoyant indéniablement au long terme de l’influence de Cuba en Amérique latine et au-delà. En termes d’histoire des idées, l’événement renvoie toutefois à un imaginaire politique d’un temps présent confronté à la fois à des recompositions stratégiques et à un deadline générationnel.

Ce mouvement revendiquant l’héritage de la conférence de Bandung (1955) et qualifié en son temps de tiers-mondiste -82 pays y furent représentés-, se voulut fédérateur des mouvements de luttes pour l’indépendance dans un contexte de tensions entre les partis communistes chinois et soviétique (…)

Pour lire la suite : http://www.huffingtonpost.fr/frederique-langue/cuba-dun-anniversaire-oublie-a-la-visite-de-barack-obama_b_9545488.html