Reseña: Marina Franco, El final del silencio. Dictadura, sociedad y derechos humanos en la transición (Argentina, 1979-1983) (Buenos Aires, FCE, 2018)

Auteure de nombreux travaux consacrés à l’histoire récente du Cône sud et tout particulièrement de Un enemigo para la nación. Orden interno, violencia y subversión 1973-1976 (également publié au FCE en 2012), Marina Franco ne se contente pas avec ce nouvel ouvrage de débroussailler un champ de recherche sujet à maints débats car centré sur un passé récent, qui ne « passe pas » toujours. Elle poursuit ici une réflexion sur les conditions de la sortie de dictature, du retour à la démocratie et du modèle transitionnel adopté dans le cas de l’Argentine, en liaison avec la question persistante des droits humains dont les échos persistent dans le temps présent. Mères de la Place de Mai, bébés volés devenus des adultes recherchant leurs parents, souvent des militants assassinés par la dictature, centres d’emprisonnement et de torture transformés en musées ou mémoriaux, l’histoire du temps présent argentin et plus généralement des dictatures du Cône sud renvoie indéniablement à ce que l’auteur qualifie, sous forme de questionnement ouvert, de « culture des droits humains ». La seule mention des archives utilisées, ainsi du ministère de la Défense et de sa « direction des droits humains » (sic) atteste de l’intérêt porté à ce passé récent, douloureusement inscrit dans les mémoires, à ses victimes et à ses formes de justice et de réparation. D’autres images contribuent de fait à ce déplacement de focale. Comme en attestent les véritables « récits mémoriels » que constituent les images, la guerre des Malouines elle-même (1983) passe en effet à un second plan face à la rupture constitutionnelle et politique du 10 décembre 1983. Cette date signe en effet la fin de la dictature, la reconnaissance des luttes pour les droits humains et le triomphe d’Alfonsín. D’autres aspects furent, en revanche, oubliés voire durablement occultés en cette sortie de dictature, que cet ouvrage vise précisément à (re)mettre en lumière (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/6146

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”