Reseña: María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.),La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural (2020)

María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (directores), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural, Rosario, Prohistoria Ediciones, 2020, Caravelle, n°117, 2021, pp. 227-230.  https://journals.openedition.org/caravelle/11909

Un autre ouvrage sur les Malouines ? Devant la profusion des études, articles, œuvres de fiction et autres exégèses consacrées au seul conflit guerrier international auquel l’Argentine a participé au cours du xxe siècle, face aux récurrences mémorielles, politiques et médiatiques du sujet, revenir sur un épisode ancré dans un imaginaire à la fois politique et culturel et une histoire récente amplement partagée voire consensuelle (notamment pendant les 74 jours que dura le conflit) ne manque cependant pas d’intérêt. Et plus encore lorsque les contributeurs – au premier titre María Inés Tato – sont des spécialistes reconnus des conflits armés, en particulier de la Ire Guerre mondiale, et qu’un témoin direct de cette histoire du temps présent, un vétéran de la Guerre des Malouines, participe lui aussi à cette réélaboration à plusieurs mains. Une dimension est en effet fréquemment oubliée lorsqu’on aborde l’événement : celle d’une souveraineté argentine qui s’inscrit de fait dans le long terme. La question de l’identité nationale s’est en effet posée dès 1833, lors de l’occupation par le Royaume-Uni de cet archipel austral. Le conflit suivant, celui de 1862, allait réactiver un nationalisme qui couvait sous la cendre, et que nombre de gouvernements n’hésitèrent pas à invoquer ultérieurement, comme le montrent plusieurs chapitres de l’ouvrage. Les interprétations du conflit sont certes plurielles, et l’une des qualités premières de l’ouvrage est à cet égard, non seulement de faire la part des choses dans une historiographie profuse, mais également de convoquer aussi bien l’interprétation militaire et l’explication politique classiques qu’une approche, beaucoup plus novatrice et ouverte, en termes d’histoire sociale et culturelle.

2Le « conflit de l’Atlantique sud » de 1982, puisque telle est également sa dénomination, ne se réduit donc pas ici à sa seule dimension diplomatico-militaire et par conséquent étroitement chronologique, ou à des interprétations générales dérivées du seul contexte politique national. Les interactions entre le phénomène de la guerre et la société civile sont en effet au cœur de cette réflexion, aussi bien du point de vue de la méthodologie adoptée que des conséquences, pas toujours perceptibles, que le conflit entraîna sur le plan social et culturel. À partir d’un objet devenu dans le contexte argentin un objet classique de la réflexion historienne, des questions nouvelles sont formulées, autrefois considérées comme marginales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/11909

 

On the eve of the 45th anniversary of Argentina’s Military Coup of 1976: what the U.S. Knew

Briefing Book #751 Edited by Carlos Osorio





 

U.S. had ample forewarning of coup plotting, Documents Show

Officials maintained channel of communications with plotters

Ford Administration knew Argentine military planned to commit human rights violations

U.S. Ambassador aborted pre-coup visit by a former CIA deputy director

Washington, D.C., March 23, 2021 – On the eve of the 45th anniversary of the military coup in Argentina, the National Security Archive is today posting declassified documents revealing what the U.S. government knew, and when it knew it, in the weeks preceding the March 24, 1976, overthrow of Isabel Peron’s government. The documents provide evidence of multiple contacts between the coup plotters and U.S. officials. “[Admiral] Massera sought opportunity to speak privately with me,” U.S. Ambassador to Argentina Robert Hill reported in a cable sent one week before the putsch after meeting with a leading coup plotter. “[H]e said that it was no secret that military might have to step into political vacuum very soon.”

The documents posted today record the U.S. government knowledge of the plotters, their preparations for the coup, and their potential plans for what State Department officials described as “military rule for an extended duration and of unprecedented severity.” They show that the U.S. “discreetly” advised the military more than a month before the actual coup that Washington would recognize the new regime.

In the first substantive report to Secretary of State Henry Kissinger on a “Possible Coup in Argentina,” in mid-February 1976, Assistant Secretary of State William Rogers flagged the likelihood of human rights violations after a military takeover (…)

Para seguir leyendo: https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/southern-cone/2021-03-23/argentinas-military-coup-what-us-knew?eType=EmailBlastContent&eId=9fcb5efb-937e-4c13-9e3a-90897fe629e7