Reseña: María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.),La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural (2020)

María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (directores), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural, Rosario, Prohistoria Ediciones, 2020, Caravelle, n°117, 2021, pp. 227-230.  https://journals.openedition.org/caravelle/11909

Un autre ouvrage sur les Malouines ? Devant la profusion des études, articles, œuvres de fiction et autres exégèses consacrées au seul conflit guerrier international auquel l’Argentine a participé au cours du xxe siècle, face aux récurrences mémorielles, politiques et médiatiques du sujet, revenir sur un épisode ancré dans un imaginaire à la fois politique et culturel et une histoire récente amplement partagée voire consensuelle (notamment pendant les 74 jours que dura le conflit) ne manque cependant pas d’intérêt. Et plus encore lorsque les contributeurs – au premier titre María Inés Tato – sont des spécialistes reconnus des conflits armés, en particulier de la Ire Guerre mondiale, et qu’un témoin direct de cette histoire du temps présent, un vétéran de la Guerre des Malouines, participe lui aussi à cette réélaboration à plusieurs mains. Une dimension est en effet fréquemment oubliée lorsqu’on aborde l’événement : celle d’une souveraineté argentine qui s’inscrit de fait dans le long terme. La question de l’identité nationale s’est en effet posée dès 1833, lors de l’occupation par le Royaume-Uni de cet archipel austral. Le conflit suivant, celui de 1862, allait réactiver un nationalisme qui couvait sous la cendre, et que nombre de gouvernements n’hésitèrent pas à invoquer ultérieurement, comme le montrent plusieurs chapitres de l’ouvrage. Les interprétations du conflit sont certes plurielles, et l’une des qualités premières de l’ouvrage est à cet égard, non seulement de faire la part des choses dans une historiographie profuse, mais également de convoquer aussi bien l’interprétation militaire et l’explication politique classiques qu’une approche, beaucoup plus novatrice et ouverte, en termes d’histoire sociale et culturelle.

2Le « conflit de l’Atlantique sud » de 1982, puisque telle est également sa dénomination, ne se réduit donc pas ici à sa seule dimension diplomatico-militaire et par conséquent étroitement chronologique, ou à des interprétations générales dérivées du seul contexte politique national. Les interactions entre le phénomène de la guerre et la société civile sont en effet au cœur de cette réflexion, aussi bien du point de vue de la méthodologie adoptée que des conséquences, pas toujours perceptibles, que le conflit entraîna sur le plan social et culturel. À partir d’un objet devenu dans le contexte argentin un objet classique de la réflexion historienne, des questions nouvelles sont formulées, autrefois considérées comme marginales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/11909

 

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”

Marronnage in Saint-Domingue (Haïti) – Le marronnage à Saint-Domingue (Haïti)

The history of marronage features prominently in the history of Haiti, the first black Republic. Today it continues to raise very sensitive questions of memory. Nevertheless, the sources of this history remain little known and often inaccessible to the general public. This is the case of fugitive slave notices published in the colony’s principal newspaper, Affiches américaines, between 1766 and 1790. A racist and disparaging source that refers to slaves as mere lost objects or stray animals, the fugitive slave notice is nonetheless one of the most important sources for understanding the way slaves in the Saint-Domingue colony reclaimed their bodies and asserted their right to dignity, even temporarily. Historians who write the history of slavery—and more generally that of the oppressed and marginalized—have no choice but to work on the sources written by slave masters and to deconstruct their underlying racial ideology. They are often the only traces remaining to tell of those who refused the dehumanization of slavery. What would be known today about Narcisse if there had not remained a notice published in June 1776? More than 10 000 slaves like him are described in the main newspaper of the colony, which in 1804 would become Haiti. This site brings them back to life for the first time (…)

An original project supported by the French Atlantic History Group (McGill University, Mellon Foundation) in collaboration with the Faculté des Lettres et Sciences Humaines of the Université de Sherbrooke, « Marronnage in Saint-Domingue (Haïti) » is an electronic interface meant to decompartementalise the archives of slavery in the French Atlantic world.

Egalement disponible en français : http://www.marronnage.info/fr/accueil.php

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search