El proceso independentista en Cataluña

 Acerca de Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña, Barcelona, Ediciones Península, 2018. Recension publiée dans Caravelle, 110/2019 https://journals.openedition.org/caravelle/3510 

Comme l’indique son titre sans ambiguïté, Con permiso de Kafka est un ouvrage engagé, non au sens d’un parti pris aux fondements politiques ou idéologiques avérés, mais d’une révolte : celle d’un historien à la trajectoire académique reconnue, spécialiste d’histoire contemporaine de l’Espagne et de la Catalogne (il est l’auteur notamment de la Historia mínima de Cataluña(2015) et a dirigé la Historia contemporánea de España [2 vols, 2017]), confronté à une situation à la rationalité sujette à caution, dans laquelle les affects en viennent à occulter ou surinvestissent l’interprétation proprement historique. Au-delà de la remise en cause du statut d’autonomie de 2006 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, et de l’extrême et incroyable violence de la répression décrétée dans le cadre de l’État de droit par le même gouvernement, ou en raison même de ces deux circonstances, les non-dits et incompréhensions – dans un sens comme dans l’autre – à l’endroit du processus d’« indépendance » lancé en 2012 et de ses hérauts sont légion. De même l’instrumentalisation des événements par les extrêmes n’a-t-elle guère favorisé leur compréhension, jusque sur l’échiquier politique européen. 

Jordi Canal a choisi de revenir sur les racines d’un phénomène qu’il situe aux origines du nationalisme catalan, sur sa chronologie, sur ses symboles, ses stratégies linguistiques ou encore ses réécritures de l’histoire. Celles-ci reflètent sans équivoque les modalités de construction de la nation catalane et de son imaginaire dans les dernières décennies du xxe siècle, puis lors du « proceso/procès » engagé au début du xxie siècle. Celui-ci s’affirme plus particulièrement à partir de 2012, dans une conjoncture de réforme de l’État et de la classe politique catalane, d’érosion du système politique et judiciaire (monarchie comprise), en raison également du caractère générationnel du conflit, sans compter la crise financière de 2008 et ses conséquences sociales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/3510

La República frágil, Charlie y los dictadores

Más que un recuento histórico de unas tradiciones nacionales e internacionales de irreverencia, estas líneas apuntan a contextualizar unos acontecimientos trágicos que, si bien han contribuido en forjar una unanimidad en varias escalas (el atentado en contra del periódico satírico Charlie Hebdo, el 7 de enero de 2015) y han sido condenados en América Latina por los defensores de la democracia – a nivel gubernamental, gremial o intelectual y artístico — también se han visto sesgados por una propaganda de cuño « ultra », bajo lemas anticolonialistas y anti imperialistas totalmente descontextualizados. Obviamente, el historiador del tiempo presente no puede permanecer incólume ante semejante malversación de la historia y desconocimiento de la misma si consideramos el compromiso de los mismos caricaturistas en pro de la democracia tanto en América Latina como en España (…)
Para seguir leyendo en el Carnet de l’IHTP