Reseña: Sarah Albiez-Wieck, Lina Mercedes Cruz Lira, Antonio Fuentes Barragán (ed.), El que no tiene de inga, tiene de mandinga. Honor y mestizaje en los mundos americanos, Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2020, 445 p., en Caravelle, 118/2022.

 

Dans la lignée de l’historiographie conséquente portant sur le métissage en terres américaines, cet ouvrage à plusieurs mains occupe d’entrée une place particulière. Reprenant en grande partie des thématiques bien connues des historiens de l’Amérique espagnole et luso-brésilienne et réunissant selon une pratique désormais bien ancrée des américanistes des deux continents, il reprend en effet un fil conducteur majeur, celui de l’honneur dans les différentes déclinaisons qu’autorise une société d’Ancien Régime. Il aborde dans le même temps la question des « catégories » en usage dans les sociétés indianas, sans compter le rôle dévolu à la justice lorsqu’il s’agit de trancher en faveur des métis ou de leurs contempteurs. Historiens et anthropologues de diverses générations se rejoignent ici en une démarche tout aussi éprouvée bien qu’un peu oubliée au cours de ces dernières années dominées par la tendance à un recentrage disciplinaire. C’est donc un véritable dialogue qui est ici décliné au fil des chapitres, entre historiographie de la période moderne et des considérations épistémologiques plus contemporaines autour des normes qui régissent en première instance des pratiques et des stratégies, voire des processus de négociation expérimentés au quotidien et les représentations sociales qui les inspirent (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/12618

Référence électronique

Frédérique Langue, « Sarah Albiez-Wieck, Lina Mercedes Cruz Lira, Antonio Fuentes Barragán (ed.), El que no tiene de inga, tiene de mandinga. Honor y mestizaje en los mundos americanos »Caravelle [En ligne], 118 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 03 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/12618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.12618

Représentations et usages du passé en Amérique latine. Les enjeux mémoriels en 2021.

 

Les commémorations célébrées en 2021 en Amérique latine – des 500 ans de la chute de Mexico et des 200 ans de l’indépendance d’une grande partie du sous-continent – se sont déroulées dans un contexte particulier caractérisé par la contestation et la désarticulation de la mémoire commune. Celui-ci, amplifié par la pandémie de Covid 19, n’est pas nouveau – en 1992, la célébration des 500 ans de la « rencontre des deux mondes » était déjà soumise à de fortes critiques, montrant au passage la confusion entretenue entre commémoration et célébration – mais il acquiert depuis une quinzaine d’années certains caractères inédits. Les articles réunis dans ce dossier en abordent plusieurs aspects – les revendications identitaires, ethniques et de genre, l’instrumentalisation du discours historique à des fins politiques – tout en intégrant une réflexion historiographique qui vise à questionner la place de l’historien dans la cité. Le prisme de l’histoire du temps présent, soit le fait d’historiciser le présent, permet de prendre un recul salutaire vis-à-vis de postures idéologiques et/ou de convenances qui visent à produire une mémoire conçue comme un instrument politique.

Un dossier publié sous la direction de Frédérique Langue et Evelyne Sánchez

Les questions mémorielles sont un des thèmes de prédilection de l’Histoire du temps présent. S’y trouvent en effet condensés les objets, concepts et approches privilégiés par ce courant historiographique. Le récit historique s’y trouve en bonne place car, écrit récemment J. Chapoutot, « le récit est ce type de discours qui donne sens, dans sa double acception de signification et de direction, et cohérence au monde en ordonnant des événements sur un axe temporel pour y distribuer les qualités (cause, conséquence), y démêler l’essentiel de l’accidentel, et transmuer le hasard en nécessité ». Or, donner du sens constitue une partie essentielle du discours politique lorsque celui-ci ne veut pas apparaître comme une simple gestion technocratique menée au jour le jour. Celle-ci, privée de ses atours narratifs, révélerait en effet l’impuissance publique face aux grands défis que les pays d’Amérique latine doivent affronter et dont on ne peut que faire une liste non exhaustive : crime organisé, corruption, impunité, profondes inégalités sociales, ethniques et économiques, services publics défaillants, crise climatique et, depuis deux ans, crise sanitaire, autant de questions que les États sont censés résoudre, y compris dans une acception minimale de son rôle. Il est alors plus facile de surinvestir le champ du récit historique que de tenter de rebâtir une puissance publique même si, pour être juste, il peut aussi être considéré comme un instrument indispensable pour parvenir à cette fin.

S’inscrire dans un récit est d’autant plus aisé lorsque le politique se pose en auteur de celui-ci, situation qui est facilitée par des commémorations menées tambour battant depuis les palais présidentiels. Nous touchons ainsi aux questions largement abordées ces dernières décennies de l’instrumentalisation de l’histoire, la construction de mémoires collectives et ses ressorts, les régimes d’historicité instaurés et/ou sollicités, le présentisme, le temps long2. Ce dernier point ne contredit en rien l’idée même du temps présent car il s’agit d’historiciser le présent en mobilisant toutes les échelles chronologiques nécessaires et pertinentes et convient particulièrement à l’analyse des célébrations mémorielles. En cela, les commémorations organisées en 2021 – des 500 ans de la chute de Mexico et des 200 ans de l’indépendance – rappellent avec force que l’Histoire du temps présent en Amérique latine s’inscrit dans une chronologie et dans un rapport au temps qui lui sont propres. Cet aspect a déjà été abordé dans des publications récentes et non pouvons en présenter ici brièvement les idées fortes. Il faut tout d’abord souligner, dans une perspective historiographique, que les deux conflits mondiaux et les traumatismes qui leur sont liés non seulement constituent en Europe un « passé qui ne passe pas » selon l’expression consacrée mais ont également joué un rôle prépondérant dans la constitution même de l’Histoire du temps présent (…)

Para seguir leyendo esta presentación: https://journals.openedition.org/caravelle/12174

Y los artículos de este dossier:

Reseña: María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.),La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural (2020)

María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (directores), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural, Rosario, Prohistoria Ediciones, 2020, Caravelle, n°117, 2021, pp. 227-230.  https://journals.openedition.org/caravelle/11909

Un autre ouvrage sur les Malouines ? Devant la profusion des études, articles, œuvres de fiction et autres exégèses consacrées au seul conflit guerrier international auquel l’Argentine a participé au cours du xxe siècle, face aux récurrences mémorielles, politiques et médiatiques du sujet, revenir sur un épisode ancré dans un imaginaire à la fois politique et culturel et une histoire récente amplement partagée voire consensuelle (notamment pendant les 74 jours que dura le conflit) ne manque cependant pas d’intérêt. Et plus encore lorsque les contributeurs – au premier titre María Inés Tato – sont des spécialistes reconnus des conflits armés, en particulier de la Ire Guerre mondiale, et qu’un témoin direct de cette histoire du temps présent, un vétéran de la Guerre des Malouines, participe lui aussi à cette réélaboration à plusieurs mains. Une dimension est en effet fréquemment oubliée lorsqu’on aborde l’événement : celle d’une souveraineté argentine qui s’inscrit de fait dans le long terme. La question de l’identité nationale s’est en effet posée dès 1833, lors de l’occupation par le Royaume-Uni de cet archipel austral. Le conflit suivant, celui de 1862, allait réactiver un nationalisme qui couvait sous la cendre, et que nombre de gouvernements n’hésitèrent pas à invoquer ultérieurement, comme le montrent plusieurs chapitres de l’ouvrage. Les interprétations du conflit sont certes plurielles, et l’une des qualités premières de l’ouvrage est à cet égard, non seulement de faire la part des choses dans une historiographie profuse, mais également de convoquer aussi bien l’interprétation militaire et l’explication politique classiques qu’une approche, beaucoup plus novatrice et ouverte, en termes d’histoire sociale et culturelle.

2Le « conflit de l’Atlantique sud » de 1982, puisque telle est également sa dénomination, ne se réduit donc pas ici à sa seule dimension diplomatico-militaire et par conséquent étroitement chronologique, ou à des interprétations générales dérivées du seul contexte politique national. Les interactions entre le phénomène de la guerre et la société civile sont en effet au cœur de cette réflexion, aussi bien du point de vue de la méthodologie adoptée que des conséquences, pas toujours perceptibles, que le conflit entraîna sur le plan social et culturel. À partir d’un objet devenu dans le contexte argentin un objet classique de la réflexion historienne, des questions nouvelles sont formulées, autrefois considérées comme marginales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/11909

 

A propos de : Roberto L. Céspedes R., Imaginarios, memoria y tiempo en Paraguay

A propos de : Roberto L. Céspedes R., Imaginarios, memoria y tiempo en Paraguay, Asunción, FLACSO Paraguay, 2016, 350 p. (compte rendu de Luc Capdevila)

 

 

Roberto L. Céspedes R., sociologue à l’université nationale d’Asunción, fin connaisseur de l’étude des relations sociales dans le Paraguay contemporain, réunit dans ce dernier ouvrage un ensemble d’articles précédemment publiés formant un tout homogène et cohérent, à travers lesquels il entreprend de déconstruire l’espace public paraguayen. Pour ce faire il inscrit ses analyses dans la moyenne et dans la longue durée. Il reprend au total huit textes actualisés, pour certains remaniés et abondamment illustrés par de nombreuses annexes documentaires et iconographiques. Le propos de l’ouvrage est d’étudier le prisme du mobilier culturel le plus banal innervant l’environnement social, tels les billets de banque, les pièces de monnaie, les noms de rues, les jours fériés, l’heure légale. À travers ces lieux du quotidien, Roberto Céspedes observe en quoi ils sont porteurs d’idéologie et participent à l’organisation d’un imaginaire collectif structurant, mais qui se vérifie être un impensé chez la plupart des individus qui les consomment au jour le jour.
(…)

Poursuivre la lecture sur Nuevo Mundo Mundos Nuevos

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search