Reseña: Elizabeth Jelin y Ricard Vinyes, Cómo será el pasado. Una conversación sobre el giro memorial (2021)

Elizabeth Jelin y Ricard Vinyes, Cómo será el pasado. Una conversación sobre el giro memorial, Barcelona, NED Ediciones, 2021, Caravelle, n°117, 2021, pp. 230-232 https://journals.openedition.org/caravelle/11916

 

Comment sera le passé ? Passé l’effet d’extranéité d’un titre réunissant deux historiens dans un conversation amène, la question s’impose toutefois tout au long d’un dialogue qui revisite l’interprétation historienne et ses questionnements quant aux « images du passé, la « construction de la mémoire publique », ou encore le rôle du souvenir dans les processus de réparation. Ce dialogue a comme point de départ le Diccionario de la Memoria Colectiva (2018), en d’autres termes un croisement entre réflexion et action. Les considérations politiques y rejoignent l’examen critique des « politiques publiques de mémoire » à partir d’expériences de vie, à Buenos Aires et à Barcelone. Le rôle de l’historien du temps présent – même si cette dénomination n’est pas vraiment utilisée ici, au profit plutôt de l’histoire « récente » et d’une chronologie par conséquent spécifique, celle des années de plomb de la dictature argentine – s’impose ici par sa contemporanéité des faits abordés, comme témoin, pierre angulaire de l’histoire du temps présent, et interprète des sorties de régimes autoritaires qui l’inspirent et en déterminent tout simplement la possibilité et la raison d’être. Le livre est certes destiné à des publics variés, de l’étudiant et du chercheur au décideur politique voire au militant. Il peut donc, à l’occasion, donner l’impression d’un fourre-tout, risque de toute discussion à bâtons rompus – pas de divisions en chapitres thématiques – quand bien même le propos fait se rejoindre deux trajectoires historiennes. Les thèmes en sont donc extrêmement divers, et nous nous contenterons d’en signaler les principaux, compte tenu de leur intérêt dans le cadre des usages et débats propres à l’histoire du temps présent dans les mondes ibériques.

Les usages de la mémoire se situent à cet égard au premier plan, qu’il s’agisse de rappeler la question des victimes et des droits humains, de leur « institutionnalisation » (récupération ?) voire du tourisme de catastrophe, ou de l’« autorité de mémoire » (comment les instances politiques ou de gouvernement peuvent-elles contribuer à ces usages en évitant la « saturation »). Le travail de mémoire est toutefois posé dans sa dimension individuelle, particulière, aux côtés de réalisations patrimoniales comme les musées, ou de thématiques conjointes comme la construction démocratique, du féminisme – à noter que l’ouvrage privilégie l’écriture inclusive, selon des modalités propres à chaque intervenant – ou encore d’identités « supposément ancestrales », ceci dans le cadre d’un « tournant mémoriel » (giro memorial). Le point de départ se trouve être le 80e anniversaire du voyage du Winnipeg de Bordeaux à Valparaiso (1929), et, avec lui, le départ de quelque deux mille exilés, et le début de la solidarité avec les opposants et victimes du franquisme, ce qui pose d’entrée la dimension éthique du projet mémoriel.

La mémoire de tels événements, et d’autres tout aussi tragiques, est avant tout pensée comme un « espace de pouvoir » (R. Vinyes), porteur d’images du passé, de récits, à la fois subjectifs (E. Jelin) mais aussi collectifs, à l’instar des silences qui les accompagnent plus ou moins durablement. Les « disputes » pour le passé – nous préférons cette traduction littérale pour sa valeur sémantique – s’en trouvent fréquemment en concurrence voire en opposition avec d’autres récits. Leur historicité reflète des temporalités variables ainsi que l’évolution des concepts, en tout premier lieu celui de « mémoire sociale », confrontée à des générations nouvelles à une échelle désormais globale. Les pratiques sociales de la mémoire incluent commémorations et révisions du passé par le biais de musées et mémoriaux, en d’autres termes, de politiques de mémoire que les deux discutants évoquent à partir de leur expérience personnelle ou de mobilisations citoyennes : souvenir de la IIe République et Guerre civile en Espagne (d’où le terme « mémoire démocratique » forgé en 2002, et sa valeur patrimoniale et politique, dépendante du gouvernement en place, plus ou moins fondé à instaurer un « pacte du silence »), dictature et droits humains en Argentine, voire la conceptualisation du génocide sur le continent latino-américain dans une perspective plus globale. Les usages de la « bonne mémoire » sont ici abordés en relation avec les processus de « transition », leur valeur de modèle voire de mythes, les tabous comme l’éthique qui les entourent. Pour les auteurs, il n’existe cependant pas de « paradigme de la mémoire », de même que celle-ci, par la « condensation du passé » qu’elle suppose, ne peut être identifiée à un contexte strictement national. Les violences d’État perpétrées dans le contexte latino-américain puis la consigne du « Nunca más » expliquent en partie ce positionnement.

R. Vinyes soulignera toutefois que la mémoire (« le devoir de mémoire ») s’est trouvée érigée en « paradigme moral » à la chute des dictatures du Cône sud (Chili). Sa résurgence dans la sphère publique et la nécessité d’en garantir l’exercice et le droit, expliqueraient le choix fait à cet égard dans le cas de l’Espagne, de ce tournant mémoriel (giro memorial) (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/11916

El proceso independentista en Cataluña

 Acerca de Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña, Barcelona, Ediciones Península, 2018. Recension publiée dans Caravelle, 110/2019 https://journals.openedition.org/caravelle/3510 

Comme l’indique son titre sans ambiguïté, Con permiso de Kafka est un ouvrage engagé, non au sens d’un parti pris aux fondements politiques ou idéologiques avérés, mais d’une révolte : celle d’un historien à la trajectoire académique reconnue, spécialiste d’histoire contemporaine de l’Espagne et de la Catalogne (il est l’auteur notamment de la Historia mínima de Cataluña(2015) et a dirigé la Historia contemporánea de España [2 vols, 2017]), confronté à une situation à la rationalité sujette à caution, dans laquelle les affects en viennent à occulter ou surinvestissent l’interprétation proprement historique. Au-delà de la remise en cause du statut d’autonomie de 2006 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, et de l’extrême et incroyable violence de la répression décrétée dans le cadre de l’État de droit par le même gouvernement, ou en raison même de ces deux circonstances, les non-dits et incompréhensions – dans un sens comme dans l’autre – à l’endroit du processus d’« indépendance » lancé en 2012 et de ses hérauts sont légion. De même l’instrumentalisation des événements par les extrêmes n’a-t-elle guère favorisé leur compréhension, jusque sur l’échiquier politique européen. 

Jordi Canal a choisi de revenir sur les racines d’un phénomène qu’il situe aux origines du nationalisme catalan, sur sa chronologie, sur ses symboles, ses stratégies linguistiques ou encore ses réécritures de l’histoire. Celles-ci reflètent sans équivoque les modalités de construction de la nation catalane et de son imaginaire dans les dernières décennies du xxe siècle, puis lors du « proceso/procès » engagé au début du xxie siècle. Celui-ci s’affirme plus particulièrement à partir de 2012, dans une conjoncture de réforme de l’État et de la classe politique catalane, d’érosion du système politique et judiciaire (monarchie comprise), en raison également du caractère générationnel du conflit, sans compter la crise financière de 2008 et ses conséquences sociales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/3510

Historiadores catalanes y su ‘procés’

JORDI CANAL
25/09/2018 El Mundo- Tribuna Política

En 1988 los gobernantes nacionalistas catalanes organizaron el Milenario de Cataluña. En uno de los actos de aquella conmemoración, dedicado específicamente a la religión y a los diez siglos del nacimiento político de Cataluña, Marta Ferrusola, la esposa del entonces presidente de la Generalidad catalana Jordi Pujol, aseguró que “nuestra fe se alimenta con la lectura de los evangelios, nuestro nacionalismo se alimenta con nuestra historia”. Un cuarto de siglo después, en 2014, la Generalitat independentista celebró con grandes fastos el famoso Tricentenario 1714-2014. En la presentación de los actos de aquel año, el president Mas afirmó, en la misma línea, que la historia era uno de los pilares principales o fundamentos de “nuestra nación”. 

Historia y nacionalismo mantienen relaciones profundamente viciosas en Cataluña. Cierto es que el uso y el abuso de la historia constituyen características fundamentales de todos los nacionalismos, pero en el caso de Cataluña esta circunstancia llega hasta puntos obsesivos y delirantes. Sirvan como ejemplo los intentos burdos y ahistóricos del Institut Nova Història de catalanizar a Santa Teresa, Colón, Hernán Cortés, Ignacio de Loyola, Leonardo da Vinci, Erasmo, El Bosco, Cervantes y El Quijote. Las teorías contubernistas de los Bilbeny, Cucurull y compañía reciben, desde hace años, jugosas subvenciones y premios de entes nacionalistas y el apoyo público de políticos como Pujol, Rull o Carod-Rovira.

Tiene la historia, en Cataluña, una dimensión muy especial a la hora de pensar el presente y el futuro. Cataluña es, como afirmara Ricardo García Cárcel, una sociedad enferma de pasado. El nacionalismo tiene buena parte de responsabilidad en esta dolencia, puesto que la historia, junto con la lengua, constituyen la base de la definición nacional de Cataluña -un argumento de fuerza para la reclamación de un Estado, como ya escribió Prat de la Riba en 1906-. Quizás no sea ninguna casualidad el notable número de historiadores metidos, en los tiempos recientes, a políticos independentistas (…)

Para seguir leyendo: