Reseña: Frédérique Langue, « Fausta Gantús, Gabriela Rodríguez Rial, Alicia Salmerón(coord.), El miedo: la más política de las pasiones Argentina y México siglos xviii-xx », Caravelle, 119 | -1, 204-208.

Pour qui s’intéresse à l’histoire des sensibilités et des émotions en des contextes et temporalités diverses, la peur est, sans nul doute, celle qui a le plus retenu l’attention. Depuis la « mentalité obsidionale » abordée par Jean Delumeau dans son ouvrage pionnier La peur en Occident (1978), avec, en arrière-plan la vision de Hobbes, nombreuses ont été les déclinaisons par les sciences sociales d’une émotion à la fois réactive et facteur d’action dont les expressions sémantiques dans le monde hispanique sont par ailleurs quelque peu distinctes (miedo, temor, terror, etc.). Cette approche d’un phénomène à la fois politique et social, puisque telle est l’orientation de l’ouvrage, comprend dès lors une spécificité : il s’agit de s’interroger sur l’instrumentalisation de cette émotion dans une finalité très précise, celle de gouverner, depuis les sommets de l’État, du gouvernement lui-même et depuis ses élites, de mettre en œuvre une forme d’ordre et de contrôle social ou, à l’inverse, de s’y opposer et de résister.

Les six chapitres – et études de cas – issus d’un projet mexicano-argentin et d’un séminaire de recherche occupent une séquence temporelle située entre le xviiie siècle et la moitié du xxe siècle. Ils visent à identifier ces peurs, dans leur dimension plurielle (individuelle/collective, verticale/horizontale, résultant d’une hiérarchie/autorité ou d’une conjoncture spécifique et d’intensité variable), leur rôle voire leur instrumentalisation dans l’histoire du Mexique et de l’Argentine de par la violence, l’insécurité ou la coercition, les situations de conflit, les situations de rébellion ou d’anarchie. Outre un historique des travaux connus sur la question, l’introduction propose un bilan historiographique qui met en évidence les apports d’historiens tels que Sandra Gayol ou Ariel Rodríguez Kuri, ou encore Patrick Boucheron pour l’Europe moderne. L’ouvrage tente en effet d’appréhender la dimension affective des phénomènes politiques, culturels et sociaux dans leur pluralité et dans leur variabilité au fil du temps. Leurs usages politiques, particulièrement présents en ce qui concerne la peur à l’époque moderne – explicités à travers la relecture de classiques tels que Hobbes ou Machiavel –, se retrouvent ainsi en filigrane, d’où la référence renouvelée aux pouvoirs dévolus à l’État moderne et aux pratiques faisant de la peur un instrument majeur de ce contrôle institutionnel. De même cet ouvrage se propose-t-il d’ouvrir la voie à des méthodologies nouvelles en abordant leur prise en compte dans la culture politique et le sens assigné sur un mode collectif à certains événements. Un recours à des catégories nouvelles d’analyse est proposé, à l’aune de cultures, comportements et valeurs politiques marqués par un enjeu de pouvoir. (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/13459

A propos de : Roberto L. Céspedes R., Imaginarios, memoria y tiempo en Paraguay

A propos de : Roberto L. Céspedes R., Imaginarios, memoria y tiempo en Paraguay, Asunción, FLACSO Paraguay, 2016, 350 p. (compte rendu de Luc Capdevila)

 

 

Roberto L. Céspedes R., sociologue à l’université nationale d’Asunción, fin connaisseur de l’étude des relations sociales dans le Paraguay contemporain, réunit dans ce dernier ouvrage un ensemble d’articles précédemment publiés formant un tout homogène et cohérent, à travers lesquels il entreprend de déconstruire l’espace public paraguayen. Pour ce faire il inscrit ses analyses dans la moyenne et dans la longue durée. Il reprend au total huit textes actualisés, pour certains remaniés et abondamment illustrés par de nombreuses annexes documentaires et iconographiques. Le propos de l’ouvrage est d’étudier le prisme du mobilier culturel le plus banal innervant l’environnement social, tels les billets de banque, les pièces de monnaie, les noms de rues, les jours fériés, l’heure légale. À travers ces lieux du quotidien, Roberto Céspedes observe en quoi ils sont porteurs d’idéologie et participent à l’organisation d’un imaginaire collectif structurant, mais qui se vérifie être un impensé chez la plupart des individus qui les consomment au jour le jour.
(…)

Poursuivre la lecture sur Nuevo Mundo Mundos Nuevos

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search