El proceso independentista en Cataluña

 Acerca de Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña, Barcelona, Ediciones Península, 2018. Recension publiée dans Caravelle, 110/2019 https://journals.openedition.org/caravelle/3510 

Comme l’indique son titre sans ambiguïté, Con permiso de Kafka est un ouvrage engagé, non au sens d’un parti pris aux fondements politiques ou idéologiques avérés, mais d’une révolte : celle d’un historien à la trajectoire académique reconnue, spécialiste d’histoire contemporaine de l’Espagne et de la Catalogne (il est l’auteur notamment de la Historia mínima de Cataluña(2015) et a dirigé la Historia contemporánea de España [2 vols, 2017]), confronté à une situation à la rationalité sujette à caution, dans laquelle les affects en viennent à occulter ou surinvestissent l’interprétation proprement historique. Au-delà de la remise en cause du statut d’autonomie de 2006 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, et de l’extrême et incroyable violence de la répression décrétée dans le cadre de l’État de droit par le même gouvernement, ou en raison même de ces deux circonstances, les non-dits et incompréhensions – dans un sens comme dans l’autre – à l’endroit du processus d’« indépendance » lancé en 2012 et de ses hérauts sont légion. De même l’instrumentalisation des événements par les extrêmes n’a-t-elle guère favorisé leur compréhension, jusque sur l’échiquier politique européen. 

Jordi Canal a choisi de revenir sur les racines d’un phénomène qu’il situe aux origines du nationalisme catalan, sur sa chronologie, sur ses symboles, ses stratégies linguistiques ou encore ses réécritures de l’histoire. Celles-ci reflètent sans équivoque les modalités de construction de la nation catalane et de son imaginaire dans les dernières décennies du xxe siècle, puis lors du « proceso/procès » engagé au début du xxie siècle. Celui-ci s’affirme plus particulièrement à partir de 2012, dans une conjoncture de réforme de l’État et de la classe politique catalane, d’érosion du système politique et judiciaire (monarchie comprise), en raison également du caractère générationnel du conflit, sans compter la crise financière de 2008 et ses conséquences sociales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/3510

Historiadores catalanes y su ‘procés’

JORDI CANAL
25/09/2018 El Mundo- Tribuna Política

En 1988 los gobernantes nacionalistas catalanes organizaron el Milenario de Cataluña. En uno de los actos de aquella conmemoración, dedicado específicamente a la religión y a los diez siglos del nacimiento político de Cataluña, Marta Ferrusola, la esposa del entonces presidente de la Generalidad catalana Jordi Pujol, aseguró que “nuestra fe se alimenta con la lectura de los evangelios, nuestro nacionalismo se alimenta con nuestra historia”. Un cuarto de siglo después, en 2014, la Generalitat independentista celebró con grandes fastos el famoso Tricentenario 1714-2014. En la presentación de los actos de aquel año, el president Mas afirmó, en la misma línea, que la historia era uno de los pilares principales o fundamentos de “nuestra nación”. 

Historia y nacionalismo mantienen relaciones profundamente viciosas en Cataluña. Cierto es que el uso y el abuso de la historia constituyen características fundamentales de todos los nacionalismos, pero en el caso de Cataluña esta circunstancia llega hasta puntos obsesivos y delirantes. Sirvan como ejemplo los intentos burdos y ahistóricos del Institut Nova Història de catalanizar a Santa Teresa, Colón, Hernán Cortés, Ignacio de Loyola, Leonardo da Vinci, Erasmo, El Bosco, Cervantes y El Quijote. Las teorías contubernistas de los Bilbeny, Cucurull y compañía reciben, desde hace años, jugosas subvenciones y premios de entes nacionalistas y el apoyo público de políticos como Pujol, Rull o Carod-Rovira.

Tiene la historia, en Cataluña, una dimensión muy especial a la hora de pensar el presente y el futuro. Cataluña es, como afirmara Ricardo García Cárcel, una sociedad enferma de pasado. El nacionalismo tiene buena parte de responsabilidad en esta dolencia, puesto que la historia, junto con la lengua, constituyen la base de la definición nacional de Cataluña -un argumento de fuerza para la reclamación de un Estado, como ya escribió Prat de la Riba en 1906-. Quizás no sea ninguna casualidad el notable número de historiadores metidos, en los tiempos recientes, a políticos independentistas (…)

Para seguir leyendo: 

 

L’indépendance de la Catalogne, un choix par défaut ?

© LLUIS GENE. AFP


1 octobre 2017 – 
Pour Stéphane Michonneau, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lille, l’indépendance est un mot attrape-tout qui cristallise des espérances, des frustrations et des rancœurs de tous ordres qui sont aussi celles de beaucoup d’autres Espagnols. Le catalanisme n’est que la traduction d’un malaise partagé par tous les Espagnols.

Aux marchands de peur qui voient dans le catalanisme un «populisme du riche» – le terme est pratique !- menaçant l’intégrité de l’Espagne et «les valeurs de l’Europe», les images de centaines de milliers de personnes dans les rues de Barcelone, pacifiques et déterminées, arborant des bulletins de vote et des urnes, apportent un démenti cinglant. Que voyons-nous ? Des masses manipulées par un quelconque dictateur ? Non. Nous avons simplement sous les yeux une foule galvanisée par un espoir d’émancipation collective, un rêve de contrôle de son destin. Bref, un demos en marche.

L’indépendance est un mot attrape-tout qui cristallise des espérances, des frustrations et des rancœurs de tous ordres, anciennes et moins anciennes, politiques et économiques, sociales et culturelles, et ce au risque d’immenses malentendus. Mais ces espérances, ces frustrations, ces rancœurs sont aussi celles de beaucoup d’autres Espagnols ; et l’indépendantisme catalan n’est que la traduction, «à la catalane», d’un malaise espagnol en partage.

Les griefs? L’abandon, d’abord. Sentiment d’abandon d’un État espagnol structurellement et historiquement faible, inefficace, incapable récemment de protéger les Espagnols des effets la terrible crise qu’ils ont connue. Les Espagnols n’ont pas découvert hier cette réalité. (…)

Cet État, seulement capable de construire un sentiment national espagnol unanime par intermittence – comme par exemple lors de la Constitution de 1978 -, a laissé des espaces où le désir d’un État propre a prospéré. Ainsi est né le catalanisme à la fin du XIXe siècle (…)

Poursuivre la lecture sur http://www.liberation.fr/debats/2017/10/01/l-independance-de-la-catalogne-un-choix-par-defaut_1600076

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”