Reseña: Julie Lavielle, Sociologie des mobilisations pour la mémoire en Colombie, Paris, L’Harmattan, 2021, 374 p., en Caravelle, 118/2022.

S’ouvrant sur les métaphores du sirirí, oiseau de Colombie défendant ardemment sa couvée, et du « tyran mélancolique nommé mémoire du monde », l’ouvrage de Julie Lavielle réunit d’entrée deux problématiques indissociables du temps présent colombien : violence et mémoire. Dans la perspective d’une ligne de recherche fondée sur la « sociologie de la mémoire », elle s’appuie sur un ensemble de sources écrites, hémérographiques, d’enquêtes orales et d’entretiens aussi bien à l’échelle nationale et de ses acteurs. Y trouve également sa place une conjoncture vécue au quotidien, en particulier dans le cadre des régions, de leurs disparus et de leurs victimes d’une violence sans fin. Cette quête de réparation et de justice oriente ainsi cette analyse précise des politiques de mémoire sans pour autant les placer sur un piédestal.

La réflexion de l’auteure se fonde en effet sur les récits des victimes aussi bien que sur des trajectoires biographiques. À cet égard, elle met en évidence les interactions existantes entre les différents acteurs d’un drame séculaire, à différentes échelles et les articulant sur le temps long des relations entre l’État et la société depuis la période dite de la « violence » et ses conflits partisans (1948) à la période récente. D’où la prise en compte de la réponse apportée à un quotidien passablement brouillé par le conflit et la diversité de ses acteurs (guérillas, ELN, FARC… et les formes de la répression, contre-guérillas des AUC, armée, police, narcotrafiquants, l’État, les associations ou les politiques, syndicats, sans oublier le monde de la culture et de l’université) : celle des mobilisations dans lesquelles l’invocation de la mémoire, terme parfois galvaudé, à tout le moins instrumentalisé en dehors des SHS, retrouverait cependant tout son « sens commun ». Au croisement de l’histoire et de la politique, voire des politiques publiques de la mémoire, l’ouvrage s’attache dès lors à considérer la recherche d’un « sens commun » de la mémoire en Colombie, des années 1950 à 2010, sur la base des premiers rapports publiés sur le conflit armé, puis l’émergence de la mémoire comme catégorie d’action publique à partir des années 1990 (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/12673

Référence électronique

Frédérique Langue, « Julie Lavielle, Sociologie des mobilisations pour la mémoire en Colombie »Caravelle [En ligne], 118 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 03 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/12673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.12673

Représentations et usages du passé en Amérique latine. Les enjeux mémoriels en 2021.

 

Les commémorations célébrées en 2021 en Amérique latine – des 500 ans de la chute de Mexico et des 200 ans de l’indépendance d’une grande partie du sous-continent – se sont déroulées dans un contexte particulier caractérisé par la contestation et la désarticulation de la mémoire commune. Celui-ci, amplifié par la pandémie de Covid 19, n’est pas nouveau – en 1992, la célébration des 500 ans de la « rencontre des deux mondes » était déjà soumise à de fortes critiques, montrant au passage la confusion entretenue entre commémoration et célébration – mais il acquiert depuis une quinzaine d’années certains caractères inédits. Les articles réunis dans ce dossier en abordent plusieurs aspects – les revendications identitaires, ethniques et de genre, l’instrumentalisation du discours historique à des fins politiques – tout en intégrant une réflexion historiographique qui vise à questionner la place de l’historien dans la cité. Le prisme de l’histoire du temps présent, soit le fait d’historiciser le présent, permet de prendre un recul salutaire vis-à-vis de postures idéologiques et/ou de convenances qui visent à produire une mémoire conçue comme un instrument politique.

Un dossier publié sous la direction de Frédérique Langue et Evelyne Sánchez

Les questions mémorielles sont un des thèmes de prédilection de l’Histoire du temps présent. S’y trouvent en effet condensés les objets, concepts et approches privilégiés par ce courant historiographique. Le récit historique s’y trouve en bonne place car, écrit récemment J. Chapoutot, « le récit est ce type de discours qui donne sens, dans sa double acception de signification et de direction, et cohérence au monde en ordonnant des événements sur un axe temporel pour y distribuer les qualités (cause, conséquence), y démêler l’essentiel de l’accidentel, et transmuer le hasard en nécessité ». Or, donner du sens constitue une partie essentielle du discours politique lorsque celui-ci ne veut pas apparaître comme une simple gestion technocratique menée au jour le jour. Celle-ci, privée de ses atours narratifs, révélerait en effet l’impuissance publique face aux grands défis que les pays d’Amérique latine doivent affronter et dont on ne peut que faire une liste non exhaustive : crime organisé, corruption, impunité, profondes inégalités sociales, ethniques et économiques, services publics défaillants, crise climatique et, depuis deux ans, crise sanitaire, autant de questions que les États sont censés résoudre, y compris dans une acception minimale de son rôle. Il est alors plus facile de surinvestir le champ du récit historique que de tenter de rebâtir une puissance publique même si, pour être juste, il peut aussi être considéré comme un instrument indispensable pour parvenir à cette fin.

S’inscrire dans un récit est d’autant plus aisé lorsque le politique se pose en auteur de celui-ci, situation qui est facilitée par des commémorations menées tambour battant depuis les palais présidentiels. Nous touchons ainsi aux questions largement abordées ces dernières décennies de l’instrumentalisation de l’histoire, la construction de mémoires collectives et ses ressorts, les régimes d’historicité instaurés et/ou sollicités, le présentisme, le temps long2. Ce dernier point ne contredit en rien l’idée même du temps présent car il s’agit d’historiciser le présent en mobilisant toutes les échelles chronologiques nécessaires et pertinentes et convient particulièrement à l’analyse des célébrations mémorielles. En cela, les commémorations organisées en 2021 – des 500 ans de la chute de Mexico et des 200 ans de l’indépendance – rappellent avec force que l’Histoire du temps présent en Amérique latine s’inscrit dans une chronologie et dans un rapport au temps qui lui sont propres. Cet aspect a déjà été abordé dans des publications récentes et non pouvons en présenter ici brièvement les idées fortes. Il faut tout d’abord souligner, dans une perspective historiographique, que les deux conflits mondiaux et les traumatismes qui leur sont liés non seulement constituent en Europe un « passé qui ne passe pas » selon l’expression consacrée mais ont également joué un rôle prépondérant dans la constitution même de l’Histoire du temps présent (…)

Para seguir leyendo esta presentación: https://journals.openedition.org/caravelle/12174

Y los artículos de este dossier:

VOLVER A LEER: “Itinerarios de la historia del tiempo presente. Del IHTP de la post-guerra a la “globalización de la memoria”

"Itinerarios de la historia del tiempo presente. Del IHTP de la post-guerra a la “globalización de la memoria”
Por Frédérique Langue, Instituto de Historia del Tiempo Presente (IHTP-CNRS)
Publicado en la revista Historiografías, revista de historia y de teoría, núm. 16, 2018

Resumen: Esta síntesis retoma las principales etapas de la creación del Instituto de Historia del Tiempo Presente en Francia haciendo hincapié en la legitimación de esta novedosa corriente historiográfica. Asimismo considera la inserción de la misma en las problemáticas memoriales de hoy, especialmente ante el fenómeno de “globalización de la memoria”.


La nueva sede del IHTP en el Campus Condorcet
©FLG

De la historia del tiempo presente, campo de investigación asentado ahora en una corriente historiográfica reconocida, hay que recordar en primer término que se derivó no solo de una reflexión historiográfica y luego epistemológica sino también de una verdadera batalla que se libró con especial énfasis en los años ochenta, a raíz de la creación del Instituto de historia del tiempo presente (IHTP) y de una determinada coyuntura historiográfica. Alcanzó legitimidad en el campo de la historia y de las Ciencias humanas y sociales y se desarrolló incluso fuera de sus fronteras iniciales, relacionada con otra aprehensión semántica de lo contemporáneo y de la “contemporaneidad”. Al enfrentarse con un pasado inconcluso arraigado en gran parte en las memorias colectivas derivadas de la post-guerra, así como con las representaciones del pasado y los usos políticos del mismo, planteó de entrada la cuestión de la relación del historiador a su objeto de investigación, dicho de otra forma el estatuto del científico social, e incluso la responsabilidad que le corresponde con motivo de debates que se originan en el espacio público.2 

Mayores coincidencias y referencias comunes podríamos encontrar sin embargo –aunque no con absoluta certeza– entre la historia del presente, la historia viva, la historia reciente o incluso con la historia actual, como se les quiera llamar en el mundo hispánico. Ahora bien, tampoco habría que pasar por alto una característica que, junto a la imprescindible distancia crítica respecto al objeto de estudio, se ha venido afianzando a lo largo de las últimas décadas, tanto en Francia desde los inicios del género como en el ámbito hispánico, especialmente en América Latina (…)

Para seguir leyendo: https://papiro.unizar.es/ojs/index.php/historiografias/article/view/3338

Reseña: María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.),La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural (2020)

María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (directores), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo XX. Una historia social y cultural, Rosario, Prohistoria Ediciones, 2020, Caravelle, n°117, 2021, pp. 227-230.  https://journals.openedition.org/caravelle/11909

Un autre ouvrage sur les Malouines ? Devant la profusion des études, articles, œuvres de fiction et autres exégèses consacrées au seul conflit guerrier international auquel l’Argentine a participé au cours du xxe siècle, face aux récurrences mémorielles, politiques et médiatiques du sujet, revenir sur un épisode ancré dans un imaginaire à la fois politique et culturel et une histoire récente amplement partagée voire consensuelle (notamment pendant les 74 jours que dura le conflit) ne manque cependant pas d’intérêt. Et plus encore lorsque les contributeurs – au premier titre María Inés Tato – sont des spécialistes reconnus des conflits armés, en particulier de la Ire Guerre mondiale, et qu’un témoin direct de cette histoire du temps présent, un vétéran de la Guerre des Malouines, participe lui aussi à cette réélaboration à plusieurs mains. Une dimension est en effet fréquemment oubliée lorsqu’on aborde l’événement : celle d’une souveraineté argentine qui s’inscrit de fait dans le long terme. La question de l’identité nationale s’est en effet posée dès 1833, lors de l’occupation par le Royaume-Uni de cet archipel austral. Le conflit suivant, celui de 1862, allait réactiver un nationalisme qui couvait sous la cendre, et que nombre de gouvernements n’hésitèrent pas à invoquer ultérieurement, comme le montrent plusieurs chapitres de l’ouvrage. Les interprétations du conflit sont certes plurielles, et l’une des qualités premières de l’ouvrage est à cet égard, non seulement de faire la part des choses dans une historiographie profuse, mais également de convoquer aussi bien l’interprétation militaire et l’explication politique classiques qu’une approche, beaucoup plus novatrice et ouverte, en termes d’histoire sociale et culturelle.

2Le « conflit de l’Atlantique sud » de 1982, puisque telle est également sa dénomination, ne se réduit donc pas ici à sa seule dimension diplomatico-militaire et par conséquent étroitement chronologique, ou à des interprétations générales dérivées du seul contexte politique national. Les interactions entre le phénomène de la guerre et la société civile sont en effet au cœur de cette réflexion, aussi bien du point de vue de la méthodologie adoptée que des conséquences, pas toujours perceptibles, que le conflit entraîna sur le plan social et culturel. À partir d’un objet devenu dans le contexte argentin un objet classique de la réflexion historienne, des questions nouvelles sont formulées, autrefois considérées comme marginales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/11909

 

Reseña: Elizabeth Jelin y Ricard Vinyes, Cómo será el pasado. Una conversación sobre el giro memorial (2021)

Elizabeth Jelin y Ricard Vinyes, Cómo será el pasado. Una conversación sobre el giro memorial, Barcelona, NED Ediciones, 2021, Caravelle, n°117, 2021, pp. 230-232 https://journals.openedition.org/caravelle/11916

 

Comment sera le passé ? Passé l’effet d’extranéité d’un titre réunissant deux historiens dans un conversation amène, la question s’impose toutefois tout au long d’un dialogue qui revisite l’interprétation historienne et ses questionnements quant aux « images du passé, la « construction de la mémoire publique », ou encore le rôle du souvenir dans les processus de réparation. Ce dialogue a comme point de départ le Diccionario de la Memoria Colectiva (2018), en d’autres termes un croisement entre réflexion et action. Les considérations politiques y rejoignent l’examen critique des « politiques publiques de mémoire » à partir d’expériences de vie, à Buenos Aires et à Barcelone. Le rôle de l’historien du temps présent – même si cette dénomination n’est pas vraiment utilisée ici, au profit plutôt de l’histoire « récente » et d’une chronologie par conséquent spécifique, celle des années de plomb de la dictature argentine – s’impose ici par sa contemporanéité des faits abordés, comme témoin, pierre angulaire de l’histoire du temps présent, et interprète des sorties de régimes autoritaires qui l’inspirent et en déterminent tout simplement la possibilité et la raison d’être. Le livre est certes destiné à des publics variés, de l’étudiant et du chercheur au décideur politique voire au militant. Il peut donc, à l’occasion, donner l’impression d’un fourre-tout, risque de toute discussion à bâtons rompus – pas de divisions en chapitres thématiques – quand bien même le propos fait se rejoindre deux trajectoires historiennes. Les thèmes en sont donc extrêmement divers, et nous nous contenterons d’en signaler les principaux, compte tenu de leur intérêt dans le cadre des usages et débats propres à l’histoire du temps présent dans les mondes ibériques.

Les usages de la mémoire se situent à cet égard au premier plan, qu’il s’agisse de rappeler la question des victimes et des droits humains, de leur « institutionnalisation » (récupération ?) voire du tourisme de catastrophe, ou de l’« autorité de mémoire » (comment les instances politiques ou de gouvernement peuvent-elles contribuer à ces usages en évitant la « saturation »). Le travail de mémoire est toutefois posé dans sa dimension individuelle, particulière, aux côtés de réalisations patrimoniales comme les musées, ou de thématiques conjointes comme la construction démocratique, du féminisme – à noter que l’ouvrage privilégie l’écriture inclusive, selon des modalités propres à chaque intervenant – ou encore d’identités « supposément ancestrales », ceci dans le cadre d’un « tournant mémoriel » (giro memorial). Le point de départ se trouve être le 80e anniversaire du voyage du Winnipeg de Bordeaux à Valparaiso (1929), et, avec lui, le départ de quelque deux mille exilés, et le début de la solidarité avec les opposants et victimes du franquisme, ce qui pose d’entrée la dimension éthique du projet mémoriel.

La mémoire de tels événements, et d’autres tout aussi tragiques, est avant tout pensée comme un « espace de pouvoir » (R. Vinyes), porteur d’images du passé, de récits, à la fois subjectifs (E. Jelin) mais aussi collectifs, à l’instar des silences qui les accompagnent plus ou moins durablement. Les « disputes » pour le passé – nous préférons cette traduction littérale pour sa valeur sémantique – s’en trouvent fréquemment en concurrence voire en opposition avec d’autres récits. Leur historicité reflète des temporalités variables ainsi que l’évolution des concepts, en tout premier lieu celui de « mémoire sociale », confrontée à des générations nouvelles à une échelle désormais globale. Les pratiques sociales de la mémoire incluent commémorations et révisions du passé par le biais de musées et mémoriaux, en d’autres termes, de politiques de mémoire que les deux discutants évoquent à partir de leur expérience personnelle ou de mobilisations citoyennes : souvenir de la IIe République et Guerre civile en Espagne (d’où le terme « mémoire démocratique » forgé en 2002, et sa valeur patrimoniale et politique, dépendante du gouvernement en place, plus ou moins fondé à instaurer un « pacte du silence »), dictature et droits humains en Argentine, voire la conceptualisation du génocide sur le continent latino-américain dans une perspective plus globale. Les usages de la « bonne mémoire » sont ici abordés en relation avec les processus de « transition », leur valeur de modèle voire de mythes, les tabous comme l’éthique qui les entourent. Pour les auteurs, il n’existe cependant pas de « paradigme de la mémoire », de même que celle-ci, par la « condensation du passé » qu’elle suppose, ne peut être identifiée à un contexte strictement national. Les violences d’État perpétrées dans le contexte latino-américain puis la consigne du « Nunca más » expliquent en partie ce positionnement.

R. Vinyes soulignera toutefois que la mémoire (« le devoir de mémoire ») s’est trouvée érigée en « paradigme moral » à la chute des dictatures du Cône sud (Chili). Sa résurgence dans la sphère publique et la nécessité d’en garantir l’exercice et le droit, expliqueraient le choix fait à cet égard dans le cas de l’Espagne, de ce tournant mémoriel (giro memorial) (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/11916

#Chile – Columna de Manuel Gárate: ¿Un salto al vacío?

Foto: MARIO QUILODRAN / AFP

Por Manuel Gárate, Instituto de Historia Pontificia Universidad Católica de Chile. Investigador COES

Los ánimos están crispados y en no pocas familias el debate se ha transformado en amargas disputas y en más de algún portazo. Todo ello con ocasión de la segunda vuelta de este domingo. Los candidatos José Antonio Kast y Gabriel Boric representan posiciones aparentemente irreconciliables sobre el diagnóstico de la sociedad chilena y su futuro inmediato. Ninguno de los dos aparecía como favorito hasta hace pocos meses, y tampoco imaginaron encontrarse en una posición tan expectante tras un largo periodo de pandemia global y a casi dos años del estallido social. Para quien resulte vencedor, se vienen tiempos difíciles y tendrá que sentarse a negociar con los adversarios los cambios que el país reclama hace años. Si hay algo que resulta evidente es que la explosión social del 2019 no tiene signo político, pero sí una exigencia por una sociedad más justa e inclusiva.

Las comparaciones y analogías con momentos anteriores de la historia reciente del país surgen de manera espontánea y según la generación que los evoque. Para algunos, esta segunda vuelta rememora aquella de enero de 2000 entre Lagos y Lavín, que pocos recuerdan estuvo marcada por la detención de Augusto Pinochet en Londres, y la extrema polarización que generó en el país desde su arresto en octubre de 1998. Todo ello en medio de las repercusiones económicas de la crisis asiática del 97-98. Se hablaba del primer socialista que llegaba a La Moneda después de Allende y del nivel de incertidumbre y temor que generaba en los mercados. Nadie imaginaba que pocos años después sería ovacionado por los empresarios en un contexto del súper ciclo del cobre.

El plebiscito de 1988 también aparece como un momento comparable, sobre todo por el nivel de polarización política y la lógica del todo o nada que se instaló en aquellos días. Se dijo que si ganaba la opción NO el país viviría en el caos y se volvería ingobernable. Apenas un año y medio después, los mismos fantasmas resurgieron con ocasión de la elección presidencial que enfrentó a Aylwin y Büchi. Recuerdo claramente cómo también se hablaba de un candidato apoyado por extrema izquierda y cuyo programa económico estaba destinado al fracaso. Parecía otro salto al vacío que la sociedad chilena estaba dando. Finalmente, nada de aquello ocurrió y los chilenos y chilenas eligieron el diálogo y las reformas para salir del atolladero. Hubo promesas que se postergaron, quizás por demasiado tiempo, pero también el país necesitaba paz tras casi 20 años de enfrentamientos y dictadura.

Ahora cuando nuevamente nos enfrentamos a lo desconocido y a los discursos tremendistas, la metáfora del “salto al vacío” vuelve a aparecer. Sin embargo, si alguna lección nos puede dejar la historia reciente es que el pueblo chileno no teme a lo nuevo si aquello se le presenta como un horizonte posible de cambios y equidad. Ni fiebre revolucionaria ni orden a cualquier precio.

https://www.latercera.com/la-tercera-sabado/noticia/columna-de-manuel-garate-un-salto-al-vacio/ZV3MARL3IVAT5F7GJ22SISOZ2E/

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search