Reseña: Elizabeth Jelin y Ricard Vinyes, Cómo será el pasado. Una conversación sobre el giro memorial (2021)

Elizabeth Jelin y Ricard Vinyes, Cómo será el pasado. Una conversación sobre el giro memorial, Barcelona, NED Ediciones, 2021, Caravelle, n°117, 2021, pp. 230-232 https://journals.openedition.org/caravelle/11916

 

Comment sera le passé ? Passé l’effet d’extranéité d’un titre réunissant deux historiens dans un conversation amène, la question s’impose toutefois tout au long d’un dialogue qui revisite l’interprétation historienne et ses questionnements quant aux « images du passé, la « construction de la mémoire publique », ou encore le rôle du souvenir dans les processus de réparation. Ce dialogue a comme point de départ le Diccionario de la Memoria Colectiva (2018), en d’autres termes un croisement entre réflexion et action. Les considérations politiques y rejoignent l’examen critique des « politiques publiques de mémoire » à partir d’expériences de vie, à Buenos Aires et à Barcelone. Le rôle de l’historien du temps présent – même si cette dénomination n’est pas vraiment utilisée ici, au profit plutôt de l’histoire « récente » et d’une chronologie par conséquent spécifique, celle des années de plomb de la dictature argentine – s’impose ici par sa contemporanéité des faits abordés, comme témoin, pierre angulaire de l’histoire du temps présent, et interprète des sorties de régimes autoritaires qui l’inspirent et en déterminent tout simplement la possibilité et la raison d’être. Le livre est certes destiné à des publics variés, de l’étudiant et du chercheur au décideur politique voire au militant. Il peut donc, à l’occasion, donner l’impression d’un fourre-tout, risque de toute discussion à bâtons rompus – pas de divisions en chapitres thématiques – quand bien même le propos fait se rejoindre deux trajectoires historiennes. Les thèmes en sont donc extrêmement divers, et nous nous contenterons d’en signaler les principaux, compte tenu de leur intérêt dans le cadre des usages et débats propres à l’histoire du temps présent dans les mondes ibériques.

Les usages de la mémoire se situent à cet égard au premier plan, qu’il s’agisse de rappeler la question des victimes et des droits humains, de leur « institutionnalisation » (récupération ?) voire du tourisme de catastrophe, ou de l’« autorité de mémoire » (comment les instances politiques ou de gouvernement peuvent-elles contribuer à ces usages en évitant la « saturation »). Le travail de mémoire est toutefois posé dans sa dimension individuelle, particulière, aux côtés de réalisations patrimoniales comme les musées, ou de thématiques conjointes comme la construction démocratique, du féminisme – à noter que l’ouvrage privilégie l’écriture inclusive, selon des modalités propres à chaque intervenant – ou encore d’identités « supposément ancestrales », ceci dans le cadre d’un « tournant mémoriel » (giro memorial). Le point de départ se trouve être le 80e anniversaire du voyage du Winnipeg de Bordeaux à Valparaiso (1929), et, avec lui, le départ de quelque deux mille exilés, et le début de la solidarité avec les opposants et victimes du franquisme, ce qui pose d’entrée la dimension éthique du projet mémoriel.

La mémoire de tels événements, et d’autres tout aussi tragiques, est avant tout pensée comme un « espace de pouvoir » (R. Vinyes), porteur d’images du passé, de récits, à la fois subjectifs (E. Jelin) mais aussi collectifs, à l’instar des silences qui les accompagnent plus ou moins durablement. Les « disputes » pour le passé – nous préférons cette traduction littérale pour sa valeur sémantique – s’en trouvent fréquemment en concurrence voire en opposition avec d’autres récits. Leur historicité reflète des temporalités variables ainsi que l’évolution des concepts, en tout premier lieu celui de « mémoire sociale », confrontée à des générations nouvelles à une échelle désormais globale. Les pratiques sociales de la mémoire incluent commémorations et révisions du passé par le biais de musées et mémoriaux, en d’autres termes, de politiques de mémoire que les deux discutants évoquent à partir de leur expérience personnelle ou de mobilisations citoyennes : souvenir de la IIe République et Guerre civile en Espagne (d’où le terme « mémoire démocratique » forgé en 2002, et sa valeur patrimoniale et politique, dépendante du gouvernement en place, plus ou moins fondé à instaurer un « pacte du silence »), dictature et droits humains en Argentine, voire la conceptualisation du génocide sur le continent latino-américain dans une perspective plus globale. Les usages de la « bonne mémoire » sont ici abordés en relation avec les processus de « transition », leur valeur de modèle voire de mythes, les tabous comme l’éthique qui les entourent. Pour les auteurs, il n’existe cependant pas de « paradigme de la mémoire », de même que celle-ci, par la « condensation du passé » qu’elle suppose, ne peut être identifiée à un contexte strictement national. Les violences d’État perpétrées dans le contexte latino-américain puis la consigne du « Nunca más » expliquent en partie ce positionnement.

R. Vinyes soulignera toutefois que la mémoire (« le devoir de mémoire ») s’est trouvée érigée en « paradigme moral » à la chute des dictatures du Cône sud (Chili). Sa résurgence dans la sphère publique et la nécessité d’en garantir l’exercice et le droit, expliqueraient le choix fait à cet égard dans le cas de l’Espagne, de ce tournant mémoriel (giro memorial) (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/11916

#Chile – Columna de Manuel Gárate: ¿Un salto al vacío?

Foto: MARIO QUILODRAN / AFP

Por Manuel Gárate, Instituto de Historia Pontificia Universidad Católica de Chile. Investigador COES

Los ánimos están crispados y en no pocas familias el debate se ha transformado en amargas disputas y en más de algún portazo. Todo ello con ocasión de la segunda vuelta de este domingo. Los candidatos José Antonio Kast y Gabriel Boric representan posiciones aparentemente irreconciliables sobre el diagnóstico de la sociedad chilena y su futuro inmediato. Ninguno de los dos aparecía como favorito hasta hace pocos meses, y tampoco imaginaron encontrarse en una posición tan expectante tras un largo periodo de pandemia global y a casi dos años del estallido social. Para quien resulte vencedor, se vienen tiempos difíciles y tendrá que sentarse a negociar con los adversarios los cambios que el país reclama hace años. Si hay algo que resulta evidente es que la explosión social del 2019 no tiene signo político, pero sí una exigencia por una sociedad más justa e inclusiva.

Las comparaciones y analogías con momentos anteriores de la historia reciente del país surgen de manera espontánea y según la generación que los evoque. Para algunos, esta segunda vuelta rememora aquella de enero de 2000 entre Lagos y Lavín, que pocos recuerdan estuvo marcada por la detención de Augusto Pinochet en Londres, y la extrema polarización que generó en el país desde su arresto en octubre de 1998. Todo ello en medio de las repercusiones económicas de la crisis asiática del 97-98. Se hablaba del primer socialista que llegaba a La Moneda después de Allende y del nivel de incertidumbre y temor que generaba en los mercados. Nadie imaginaba que pocos años después sería ovacionado por los empresarios en un contexto del súper ciclo del cobre.

El plebiscito de 1988 también aparece como un momento comparable, sobre todo por el nivel de polarización política y la lógica del todo o nada que se instaló en aquellos días. Se dijo que si ganaba la opción NO el país viviría en el caos y se volvería ingobernable. Apenas un año y medio después, los mismos fantasmas resurgieron con ocasión de la elección presidencial que enfrentó a Aylwin y Büchi. Recuerdo claramente cómo también se hablaba de un candidato apoyado por extrema izquierda y cuyo programa económico estaba destinado al fracaso. Parecía otro salto al vacío que la sociedad chilena estaba dando. Finalmente, nada de aquello ocurrió y los chilenos y chilenas eligieron el diálogo y las reformas para salir del atolladero. Hubo promesas que se postergaron, quizás por demasiado tiempo, pero también el país necesitaba paz tras casi 20 años de enfrentamientos y dictadura.

Ahora cuando nuevamente nos enfrentamos a lo desconocido y a los discursos tremendistas, la metáfora del “salto al vacío” vuelve a aparecer. Sin embargo, si alguna lección nos puede dejar la historia reciente es que el pueblo chileno no teme a lo nuevo si aquello se le presenta como un horizonte posible de cambios y equidad. Ni fiebre revolucionaria ni orden a cualquier precio.

https://www.latercera.com/la-tercera-sabado/noticia/columna-de-manuel-garate-un-salto-al-vacio/ZV3MARL3IVAT5F7GJ22SISOZ2E/

Acción Democrática en nuestros siglos XX y XXI

El próximo 13 de septiembre, Acción Democrática, el más relevante partido político de la Venezuela moderna, cumplirá 80 años. Su irrupción, en 1941, marca el inicio de una época, cuya proyección, lo queramos o no, alcanza a nuestro tiempo. Ha sido, no solo una marca política: también un factor decisivo -no el único, como es obvio- en el proceso de construcción de ese complejo y por momentos desconcertante edificio, que es la cultura política venezolana.

Jo-ann Peña Angulo coordina el grupo de investigación Ideas en Libertad. Es investigadora y profesora de la Escuela de Historia de la Universidad de Los Andes, así como Coordinadora de la Cátedra de Estudios sobre el Holocausto Hillo Ostfeld (ULA). Coordinó este dossier de Papel Literario, con dos entregas correspondientes al 22 y 29 de agosto. Los textos pueden leerse en el sitio web de Papel Literario, pero también estarán disponibles en Ideas en Libertad.

 

On the eve of the 45th anniversary of Argentina’s Military Coup of 1976: what the U.S. Knew

Briefing Book #751 Edited by Carlos Osorio





 

U.S. had ample forewarning of coup plotting, Documents Show

Officials maintained channel of communications with plotters

Ford Administration knew Argentine military planned to commit human rights violations

U.S. Ambassador aborted pre-coup visit by a former CIA deputy director

Washington, D.C., March 23, 2021 – On the eve of the 45th anniversary of the military coup in Argentina, the National Security Archive is today posting declassified documents revealing what the U.S. government knew, and when it knew it, in the weeks preceding the March 24, 1976, overthrow of Isabel Peron’s government. The documents provide evidence of multiple contacts between the coup plotters and U.S. officials. “[Admiral] Massera sought opportunity to speak privately with me,” U.S. Ambassador to Argentina Robert Hill reported in a cable sent one week before the putsch after meeting with a leading coup plotter. “[H]e said that it was no secret that military might have to step into political vacuum very soon.”

The documents posted today record the U.S. government knowledge of the plotters, their preparations for the coup, and their potential plans for what State Department officials described as “military rule for an extended duration and of unprecedented severity.” They show that the U.S. “discreetly” advised the military more than a month before the actual coup that Washington would recognize the new regime.

In the first substantive report to Secretary of State Henry Kissinger on a “Possible Coup in Argentina,” in mid-February 1976, Assistant Secretary of State William Rogers flagged the likelihood of human rights violations after a military takeover (…)

Para seguir leyendo: https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/southern-cone/2021-03-23/argentinas-military-coup-what-us-knew?eType=EmailBlastContent&eId=9fcb5efb-937e-4c13-9e3a-90897fe629e7

Fidel Castro, el último rey católico

 

El historiador italiano Loris Zanatta rastrea la raíz religiosa y moral de los discursos evangelizadores del líder cubano, su iconografía oficial y su glorificación de los pobres

Norma Morandini, 12 de marzo de 2021 Babelia – El País

Autor de varios libros sobre lo que más ha estudiado y conoce, el peronismo y el nacionalismo católico, la religión y la fe popular como sustento ideológico de los caudillos políticos, Zanatta encara una biografía ciclópea sobre una de las figuras ineludibles del siglo XX, narrada ya ampliamente y a la que le ha dedicado años de estudio. Una ventaja, si se piensa que la materia prima del historiador son las fuentes y en el caso de Fidel Castro y la revolución cubana, estas llenan bibliotecas. Sin embargo, faltan las mas importantes, las cubanas, cerradas a cal y canto a no ser para investigadores que refuercen el mito.

Sin subyugarse con el carisma del personaje, “el primer historiador de sí mismo”, sobre la novedad anticipada en el titulo Loris Zanatta explica que no debiera extrañar que “el monarca comunista del siglo XX sea heredero del ideal de los monarcas del pasado: creció en una isla que fue España durante siglos, en un ambiente familiar y social hispánico y católico”, educado por sacerdotes en los principios del comunitarismo de las misiones jesuitas. Un legado que impregnó su universo moral, la salvación de las almas por la evangelización ideológica y el soplo creador del “hombre nuevo” por la acción y la disciplina revolucionaria, la sociedad sin clases del comunismo y la redención del pueblo elegido por el mesías-líder salvador. Las analogías entre la sociedad castrista y aquellas cristianas de la colonia surgen de un minucioso y atractivo recorrido por la vida de Fidel Castro y la sociedad cubana… (…)

Para seguir leyendo: https://elpais.com/babelia/2021-03-11/fidel-castro-el-ultimo-rey-catolico.html?fbclid=IwAR2rTo4u3xHuLOiRJBilpgI78mjX2yTapZvuTVLjXhTJf7ZUwnO2alwf_II

Caos, caudillos, votos cantados: el siglo XIX según Hilda Sabato y Marcela Ternavasio

Hilda Sabato y Marcela Ternavasio propone revisar qué sucedió en el país tras el estallido del orden colonial.. Obra de Leonie Matthis.
Pensar el siglo XIX y sus tópicos merecen una nueva lectura. Las historiadoras proponen revisarlo en un trabajo colectivo para entender qué sucedió en el país tras el estallido del orden colonial.

Entrevista Alejandro Cánepa – 15/01/2021 15:49  Clarín.com Revista Ñ Actualizado al 15/01/2021

 

Populisme : des démocrates contre des démocrates ?

Lecture croisée :

  • Jan-Werner Müller, Qu’est-ce que le populisme ?, París, Gallimard/Folio essais, 2017, 208 p.

  • Fernando Vallespín, Máriam M. Bascuñán, Populismos, Madrid, Alianza editorial, 2017, 295 p.

  • Alvaro Vargas Llosa (coord.), El estallido del populismo, Barcelona, Planeta, 2017, 413 p.

 

En 2018, le médiateur du Monde s’interrogeait sur le « bon usage » du vocable populiste/populisme dans les colonnes du quotidien. Sa contribution à la rubrique « Idées » mettait l’accent sur l’extrême variabilité des définitions du terme, en insistant toutefois sur son histoire, voire sa « généalogie », et en reprenant le témoignage de correspondants du journal. Nous en serions ainsi au « troisième âge du populisme », le premier étant celui de la Russie du xixe siècle et de ses intellectuels de classe moyenne opposés au tsarisme (narodniki) et le second, considéré comme plus abouti, incarné plus particulièrement par le péronisme (la « raison politique » d’Ernesto Laclau) et contribuant à subsumer d’autres notions cataloguées plus aisément à droite ou à gauche. En quelques mots semble émerger une pratique politique s’appuyant sur des « instincts politiques », dérivant en des régimes d’apparence démocratique mais non dénués d’autoritarisme un peu partout, en Europe et au-delà. Dans les premiers mois de 2019, c’est au tour d’El País d’évoquer cette « tentation » (« à haut risque ») et la « séduction » qu’elle comporte (cf. le classique de Carlos de la Torre pour l’Amérique latine (2000), ou l’étude de la politiste Flavia Freidenberg en 2007) et ses relations sulfureuses avec les courants nationalistes, une régression à la période d’entre deux guerres, une catégorie d’interprétation et de stigmatisation à la mode, ou encore le défi posé par la « populocratie » aux démocraties libérales, plus particulièrement en Europe, compte tenu de ses tendances à la fois « illibérales », xénophobes et racistes.

Sans grande surprise, les trois ouvrages considérés ici se saisissent de l’ensemble de ces thèmes repris à l’envi dans la plupart des grands médias et proposent un décryptage de ce que serait la logique interne du populisme. Ils s’inscrivent par conséquent à la fois dans un courant historiographique en constant renouvellement et un débat sans fin, parfois réitératif, porté sur la place publique, exacerbé par la mobilisation des affects, parfois biaisé par des considérations idéologiques mais faisant indéniablement écho à des inquiétudes sociétales et reprenant des questionnements politiques sur cet « inexplicable » (…)

Pour lire la suite de cette recension croisée : Frédérique Langue, « Populisme : des démocrates contre des démocrates ? », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019 http://journals.openedition.org/mcv/12102

Justice et infra-justice dans le Mexique indépendant – un dossier de la revue Caravelle (n°112, 2019)

Le dossier propose une approche originale de l’histoire de l’administration de la justice au Mexique en privilégiant l’étude des acteurs qui faisaient le lien entre la société et les tribunaux : traducteurs, avocats, garants et autres conseillers juridiques. Ces personnages, souvent appelés « facilitateurs » jouaient parfois un rôle ambigu. Ainsi, le coût des services d’un avocat limitait-il l’accès aux tribunaux tandis que d’autres s’évertuaient à diffuser les instruments permettant de s’adapter aux exigences d’une administration qui se voulait modernisée et transparente, ce qui concrètement signifiait conforme aux codes de procédure. C’est finalement cette modernisation, opérée au cours du XIXe siècle et supposément installée au XXe, qui est mise en question ici, en suivant les chemins détournés du monde infra-judiciaire.

Accès au dossier : https://journals.openedition.org/caravelle/

El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955)

Acerca de: Patricio Herrera González (coord.), El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955), Valparaíso, Universidad de Valparaíso, 2017, 461 p.

Reseña publicada en Caravelle, 11/2019.

Dans une conjoncture mondialisée où la dénonciation du communisme a cédé le pas à celle des populismes, y compris et surtout chez des écrivains reconnus et autrefois tentés par l’arène politique, il n’est pas inutile de revenir sur des trajectoires militantes et intellectuelles qui ont marqué le devenir de l’Amérique latine et y ont inspiré dans une certaine mesure des expériences plus récentes de gouvernement. L’ouverture des archives concernées, en particulier de l’Internationale communiste (Komintern), mais également de centres de documentation (en Argentine ou au Mexique) ainsi que la mise en place de réseaux de recherche ont constitué de fait un tremplin en vue de cette réécriture, fût-elle engagée, de cette histoire du xxe siècle.

Le propos de cet ouvrage à plusieurs mains, issu d’un séminaire international réalisé en 2015 à Santiago dans le cadre du centenaire de la Révolution russe est en lui-même un défi, comme le souligne Barry Carr dans son introduction. Ecrire l’histoire des communismes en Amérique latine relève en effet à la fois du bilan historiographique voire des bilans historiographiques, de la découverte d’archives nouvelles et de la prise en compte de circulations intellectuelles qui dépassent très largement le continent lui-même : en d’autres termes, de ce qu’il reste à connaître d’une histoire latino-américaine marquée du sceau d’un projet idéologique qui a influencé bien d’autres domaines d’étude et de recherche relevant de l’histoire sociale et politique.

Autrefois occultée par les problématiques de la Guerre froide et les débats internes aux gauches latino-américaines, et dans une certaine mesure les productions apologétiques et militantes au profit des partis nationaux, la période choisie se trouve être un temps de diffusion de « sensibilités idéologiques de gauche » dans la région (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/4078

El proceso independentista en Cataluña

 Acerca de Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña, Barcelona, Ediciones Península, 2018. Recension publiée dans Caravelle, 110/2019 https://journals.openedition.org/caravelle/3510 

Comme l’indique son titre sans ambiguïté, Con permiso de Kafka est un ouvrage engagé, non au sens d’un parti pris aux fondements politiques ou idéologiques avérés, mais d’une révolte : celle d’un historien à la trajectoire académique reconnue, spécialiste d’histoire contemporaine de l’Espagne et de la Catalogne (il est l’auteur notamment de la Historia mínima de Cataluña(2015) et a dirigé la Historia contemporánea de España [2 vols, 2017]), confronté à une situation à la rationalité sujette à caution, dans laquelle les affects en viennent à occulter ou surinvestissent l’interprétation proprement historique. Au-delà de la remise en cause du statut d’autonomie de 2006 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, et de l’extrême et incroyable violence de la répression décrétée dans le cadre de l’État de droit par le même gouvernement, ou en raison même de ces deux circonstances, les non-dits et incompréhensions – dans un sens comme dans l’autre – à l’endroit du processus d’« indépendance » lancé en 2012 et de ses hérauts sont légion. De même l’instrumentalisation des événements par les extrêmes n’a-t-elle guère favorisé leur compréhension, jusque sur l’échiquier politique européen. 

Jordi Canal a choisi de revenir sur les racines d’un phénomène qu’il situe aux origines du nationalisme catalan, sur sa chronologie, sur ses symboles, ses stratégies linguistiques ou encore ses réécritures de l’histoire. Celles-ci reflètent sans équivoque les modalités de construction de la nation catalane et de son imaginaire dans les dernières décennies du xxe siècle, puis lors du « proceso/procès » engagé au début du xxie siècle. Celui-ci s’affirme plus particulièrement à partir de 2012, dans une conjoncture de réforme de l’État et de la classe politique catalane, d’érosion du système politique et judiciaire (monarchie comprise), en raison également du caractère générationnel du conflit, sans compter la crise financière de 2008 et ses conséquences sociales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/3510

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search