On the eve of the 45th anniversary of Argentina’s Military Coup of 1976: what the U.S. Knew

Briefing Book #751 Edited by Carlos Osorio





 

U.S. had ample forewarning of coup plotting, Documents Show

Officials maintained channel of communications with plotters

Ford Administration knew Argentine military planned to commit human rights violations

U.S. Ambassador aborted pre-coup visit by a former CIA deputy director

Washington, D.C., March 23, 2021 – On the eve of the 45th anniversary of the military coup in Argentina, the National Security Archive is today posting declassified documents revealing what the U.S. government knew, and when it knew it, in the weeks preceding the March 24, 1976, overthrow of Isabel Peron’s government. The documents provide evidence of multiple contacts between the coup plotters and U.S. officials. “[Admiral] Massera sought opportunity to speak privately with me,” U.S. Ambassador to Argentina Robert Hill reported in a cable sent one week before the putsch after meeting with a leading coup plotter. “[H]e said that it was no secret that military might have to step into political vacuum very soon.”

The documents posted today record the U.S. government knowledge of the plotters, their preparations for the coup, and their potential plans for what State Department officials described as “military rule for an extended duration and of unprecedented severity.” They show that the U.S. “discreetly” advised the military more than a month before the actual coup that Washington would recognize the new regime.

In the first substantive report to Secretary of State Henry Kissinger on a “Possible Coup in Argentina,” in mid-February 1976, Assistant Secretary of State William Rogers flagged the likelihood of human rights violations after a military takeover (…)

Para seguir leyendo: https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/southern-cone/2021-03-23/argentinas-military-coup-what-us-knew?eType=EmailBlastContent&eId=9fcb5efb-937e-4c13-9e3a-90897fe629e7

Fidel Castro, el último rey católico

 

El historiador italiano Loris Zanatta rastrea la raíz religiosa y moral de los discursos evangelizadores del líder cubano, su iconografía oficial y su glorificación de los pobres

Norma Morandini, 12 de marzo de 2021 Babelia – El País

Autor de varios libros sobre lo que más ha estudiado y conoce, el peronismo y el nacionalismo católico, la religión y la fe popular como sustento ideológico de los caudillos políticos, Zanatta encara una biografía ciclópea sobre una de las figuras ineludibles del siglo XX, narrada ya ampliamente y a la que le ha dedicado años de estudio. Una ventaja, si se piensa que la materia prima del historiador son las fuentes y en el caso de Fidel Castro y la revolución cubana, estas llenan bibliotecas. Sin embargo, faltan las mas importantes, las cubanas, cerradas a cal y canto a no ser para investigadores que refuercen el mito.

Sin subyugarse con el carisma del personaje, “el primer historiador de sí mismo”, sobre la novedad anticipada en el titulo Loris Zanatta explica que no debiera extrañar que “el monarca comunista del siglo XX sea heredero del ideal de los monarcas del pasado: creció en una isla que fue España durante siglos, en un ambiente familiar y social hispánico y católico”, educado por sacerdotes en los principios del comunitarismo de las misiones jesuitas. Un legado que impregnó su universo moral, la salvación de las almas por la evangelización ideológica y el soplo creador del “hombre nuevo” por la acción y la disciplina revolucionaria, la sociedad sin clases del comunismo y la redención del pueblo elegido por el mesías-líder salvador. Las analogías entre la sociedad castrista y aquellas cristianas de la colonia surgen de un minucioso y atractivo recorrido por la vida de Fidel Castro y la sociedad cubana… (…)

Para seguir leyendo: https://elpais.com/babelia/2021-03-11/fidel-castro-el-ultimo-rey-catolico.html?fbclid=IwAR2rTo4u3xHuLOiRJBilpgI78mjX2yTapZvuTVLjXhTJf7ZUwnO2alwf_II

Caos, caudillos, votos cantados: el siglo XIX según Hilda Sabato y Marcela Ternavasio

Hilda Sabato y Marcela Ternavasio propone revisar qué sucedió en el país tras el estallido del orden colonial.. Obra de Leonie Matthis.
Pensar el siglo XIX y sus tópicos merecen una nueva lectura. Las historiadoras proponen revisarlo en un trabajo colectivo para entender qué sucedió en el país tras el estallido del orden colonial.

Entrevista Alejandro Cánepa – 15/01/2021 15:49  Clarín.com Revista Ñ Actualizado al 15/01/2021

 

Populisme : des démocrates contre des démocrates ?

Lecture croisée :

  • Jan-Werner Müller, Qu’est-ce que le populisme ?, París, Gallimard/Folio essais, 2017, 208 p.

  • Fernando Vallespín, Máriam M. Bascuñán, Populismos, Madrid, Alianza editorial, 2017, 295 p.

  • Alvaro Vargas Llosa (coord.), El estallido del populismo, Barcelona, Planeta, 2017, 413 p.

 

En 2018, le médiateur du Monde s’interrogeait sur le « bon usage » du vocable populiste/populisme dans les colonnes du quotidien. Sa contribution à la rubrique « Idées » mettait l’accent sur l’extrême variabilité des définitions du terme, en insistant toutefois sur son histoire, voire sa « généalogie », et en reprenant le témoignage de correspondants du journal. Nous en serions ainsi au « troisième âge du populisme », le premier étant celui de la Russie du xixe siècle et de ses intellectuels de classe moyenne opposés au tsarisme (narodniki) et le second, considéré comme plus abouti, incarné plus particulièrement par le péronisme (la « raison politique » d’Ernesto Laclau) et contribuant à subsumer d’autres notions cataloguées plus aisément à droite ou à gauche. En quelques mots semble émerger une pratique politique s’appuyant sur des « instincts politiques », dérivant en des régimes d’apparence démocratique mais non dénués d’autoritarisme un peu partout, en Europe et au-delà. Dans les premiers mois de 2019, c’est au tour d’El País d’évoquer cette « tentation » (« à haut risque ») et la « séduction » qu’elle comporte (cf. le classique de Carlos de la Torre pour l’Amérique latine (2000), ou l’étude de la politiste Flavia Freidenberg en 2007) et ses relations sulfureuses avec les courants nationalistes, une régression à la période d’entre deux guerres, une catégorie d’interprétation et de stigmatisation à la mode, ou encore le défi posé par la « populocratie » aux démocraties libérales, plus particulièrement en Europe, compte tenu de ses tendances à la fois « illibérales », xénophobes et racistes.

Sans grande surprise, les trois ouvrages considérés ici se saisissent de l’ensemble de ces thèmes repris à l’envi dans la plupart des grands médias et proposent un décryptage de ce que serait la logique interne du populisme. Ils s’inscrivent par conséquent à la fois dans un courant historiographique en constant renouvellement et un débat sans fin, parfois réitératif, porté sur la place publique, exacerbé par la mobilisation des affects, parfois biaisé par des considérations idéologiques mais faisant indéniablement écho à des inquiétudes sociétales et reprenant des questionnements politiques sur cet « inexplicable » (…)

Pour lire la suite de cette recension croisée : Frédérique Langue, « Populisme : des démocrates contre des démocrates ? », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019 http://journals.openedition.org/mcv/12102

Justice et infra-justice dans le Mexique indépendant – un dossier de la revue Caravelle (n°112, 2019)

Le dossier propose une approche originale de l’histoire de l’administration de la justice au Mexique en privilégiant l’étude des acteurs qui faisaient le lien entre la société et les tribunaux : traducteurs, avocats, garants et autres conseillers juridiques. Ces personnages, souvent appelés « facilitateurs » jouaient parfois un rôle ambigu. Ainsi, le coût des services d’un avocat limitait-il l’accès aux tribunaux tandis que d’autres s’évertuaient à diffuser les instruments permettant de s’adapter aux exigences d’une administration qui se voulait modernisée et transparente, ce qui concrètement signifiait conforme aux codes de procédure. C’est finalement cette modernisation, opérée au cours du XIXe siècle et supposément installée au XXe, qui est mise en question ici, en suivant les chemins détournés du monde infra-judiciaire.

Accès au dossier : https://journals.openedition.org/caravelle/

El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955)

Acerca de: Patricio Herrera González (coord.), El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955), Valparaíso, Universidad de Valparaíso, 2017, 461 p.

Reseña publicada en Caravelle, 11/2019.

Dans une conjoncture mondialisée où la dénonciation du communisme a cédé le pas à celle des populismes, y compris et surtout chez des écrivains reconnus et autrefois tentés par l’arène politique, il n’est pas inutile de revenir sur des trajectoires militantes et intellectuelles qui ont marqué le devenir de l’Amérique latine et y ont inspiré dans une certaine mesure des expériences plus récentes de gouvernement. L’ouverture des archives concernées, en particulier de l’Internationale communiste (Komintern), mais également de centres de documentation (en Argentine ou au Mexique) ainsi que la mise en place de réseaux de recherche ont constitué de fait un tremplin en vue de cette réécriture, fût-elle engagée, de cette histoire du xxe siècle.

Le propos de cet ouvrage à plusieurs mains, issu d’un séminaire international réalisé en 2015 à Santiago dans le cadre du centenaire de la Révolution russe est en lui-même un défi, comme le souligne Barry Carr dans son introduction. Ecrire l’histoire des communismes en Amérique latine relève en effet à la fois du bilan historiographique voire des bilans historiographiques, de la découverte d’archives nouvelles et de la prise en compte de circulations intellectuelles qui dépassent très largement le continent lui-même : en d’autres termes, de ce qu’il reste à connaître d’une histoire latino-américaine marquée du sceau d’un projet idéologique qui a influencé bien d’autres domaines d’étude et de recherche relevant de l’histoire sociale et politique.

Autrefois occultée par les problématiques de la Guerre froide et les débats internes aux gauches latino-américaines, et dans une certaine mesure les productions apologétiques et militantes au profit des partis nationaux, la période choisie se trouve être un temps de diffusion de « sensibilités idéologiques de gauche » dans la région (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/4078

El proceso independentista en Cataluña

 Acerca de Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña, Barcelona, Ediciones Península, 2018. Recension publiée dans Caravelle, 110/2019 https://journals.openedition.org/caravelle/3510 

Comme l’indique son titre sans ambiguïté, Con permiso de Kafka est un ouvrage engagé, non au sens d’un parti pris aux fondements politiques ou idéologiques avérés, mais d’une révolte : celle d’un historien à la trajectoire académique reconnue, spécialiste d’histoire contemporaine de l’Espagne et de la Catalogne (il est l’auteur notamment de la Historia mínima de Cataluña(2015) et a dirigé la Historia contemporánea de España [2 vols, 2017]), confronté à une situation à la rationalité sujette à caution, dans laquelle les affects en viennent à occulter ou surinvestissent l’interprétation proprement historique. Au-delà de la remise en cause du statut d’autonomie de 2006 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, et de l’extrême et incroyable violence de la répression décrétée dans le cadre de l’État de droit par le même gouvernement, ou en raison même de ces deux circonstances, les non-dits et incompréhensions – dans un sens comme dans l’autre – à l’endroit du processus d’« indépendance » lancé en 2012 et de ses hérauts sont légion. De même l’instrumentalisation des événements par les extrêmes n’a-t-elle guère favorisé leur compréhension, jusque sur l’échiquier politique européen. 

Jordi Canal a choisi de revenir sur les racines d’un phénomène qu’il situe aux origines du nationalisme catalan, sur sa chronologie, sur ses symboles, ses stratégies linguistiques ou encore ses réécritures de l’histoire. Celles-ci reflètent sans équivoque les modalités de construction de la nation catalane et de son imaginaire dans les dernières décennies du xxe siècle, puis lors du « proceso/procès » engagé au début du xxie siècle. Celui-ci s’affirme plus particulièrement à partir de 2012, dans une conjoncture de réforme de l’État et de la classe politique catalane, d’érosion du système politique et judiciaire (monarchie comprise), en raison également du caractère générationnel du conflit, sans compter la crise financière de 2008 et ses conséquences sociales (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/3510

Trump Administration Turns Over Massive Collection of Intelligence Records on Human Rights and Argentina

National Security Archive : Apr 12, 2019 Briefing Book #669 – Edited by Carlos Osorio and Peter Kornbluh

47,000 Pages of CIA, FBI, NSC, DOD and State Dept. Records Touted as “Largest” Government-to-Government Transfer of Declassified Documentation

Documents Spotlight Buenos Aires Base for International Death Squad Operations sponsored by Condor States; Record Ruthless Repression by Argentine Security Forces during Military Dictatorship, 1976-1983

National Security Archive Commends Completion of U.S. Government’s Special Argentina Project as ‘Model of Declassification Diplomacy’ and Major Contribution to the Cause of Human Rights and History

Washington D.C., April 12, 2019 –In late May 1976, the secret police chieftains of six Southern Cone military regimes gathered at a clandestine summit in Santiago, Chile, to create a “new unit, which was given the code name ‘Teseo,’”—a reference to Theseus, the mythical Greek King of the Athenians and heroic slayer of the Minotaur, among other enemies. The mission of “Teseo” was to “conduct physical attacks against subversive targets” abroad, particularly militant Latin American leftists in Europe, according to formerly secret CIA intelligence reports turned over today to Argentina by the U.S. government, and posted for the first time by the nongovernmental National Security Archive.

The «Teseo» program represented a new initiative under «Operation Condor»–the clandestine collaboration of Chile, Argentina, Uruguay, Paraguay, Bolivia, and Brazil to strike at their opposition in the Southern Cone and beyond.  At the time, the CIA also managed to obtain the “text of the agreement by Condor countries regulating their operations against subversive targets”—a comprehensive planning paper on financing, staffing, logistics, training, and selection of targets that reveals both the banal and dramatic details of organizing and implementing Condor’s “Teseo” death squad operations. The “Teseo” operations base would be located “at Condor 1 (Argentina).”  

(…)

Para seguir leyendo: https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/southern-cone/2019-04-12/trump-administration-turns-over-massive-collection-intelligence-records-human-rights-argentina

Mexique : « AMLO » ouvre les archives secrètes des services de renseignement

HENRY ROMERO / REUTERS

Le président de gauche veut faire la lumière sur les abus commis sous le pouvoir du Parti révolutionnaire institutionnel.

Par Frédéric Saliba, Le Monde 4/3/2019

« Fini l’espionnage politique », martèle le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, qui a annoncé l’ouverture, lundi 4 mars, des archives des services de renseignement mexicains. Celui qu’on surnomme « AMLO » promet de « faire la lumière » sur les dérives du « régime autoritaire » du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, centre), hégémonique de 1929 à 2000, puis revenu au pouvoir de 2012 à 2018. Le nouveau président de gauche en a lui-même été victime.

Trois mois après son investiture, « AMLO » a demandé, vendredi 1er mars, « pardon au nom de l’Etat » aux victimes des « heures noires » du PRI. La veille, il signait un décret déclassifiant plus de 10 000 caisses de documents, conservées sous scellés aux archives nationales. Les dossiers porteraient sur quatre-vingt-dix ans de persécutions politiques et de violations des droits humains, commises par la direction fédérale de la sécurité (DFS) devenue, en 1989, le centre d’enquête et de sécurité nationale (Cisen) (…)

La totalité des archives, de 1929 à 1985, seront en accès libre à partir de lundi. Les documents recouvrant les vingt-trois dernières années seront, eux, déclassifiés puis numérisés d’ici deux ans (…)

Pour poursuivre la lecture/Para seguir leyendo: https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/04/au-mexique-amlo-ouvre-les-archives-secretes-des-services-de-renseignement_5431134_3210.html

Sobre criminales, ciencia del crimen y justicia: acerca de Lila Caimari y Máximo Sozzo (eds.), Historia de la cuestión criminal en América Latina, Rosario, Prohistoria Ediciones, 2017 (reseña)

En los linderos de la historia social y cultural, varios temas ha ido copando la historiografía americanista a lo largo de la ultima década. Entre ellos, la problemática de la justicia, del delito, de las relaciones entre crimen y sociedad, les han llamado la atención a los estudiosos de varios periodos, desde la Colonia hasta el tiempo presente. Para varias historiografías nacionales, el siglo XIX y más recientemente el siglo XX han ido ocupando un lugar destacado. Las fuentes, las teorías científicas y médicas al respecto, los acérrimos debates acerca del control social, de la policía urbana y de la manera de castigar y reprimir o más recientemente los enfoques derivados de la criminología explican en parte este predominio del tema y del periodo. También habría que mencionar en esta perspectiva la circulación de determinadas teorías filosóficas, así como el uso sistemático de fuentes hemerográficas: dicho de otra forma, de la llamada prensa del crimen. Este libro editado a dos manos, por una historiadora y un sociólogo criminólogo, busca reflejar el estado de la cuestión, su historiografía más reciente, sus tendencias y retos en el ámbito latinoamericano, apoyándose en una red de investigadores especializados que ya contribuyeron en varias compilaciones sobre el tema. Antes de los años 2000, fuera de determinados ámbitos historiográficos vinculados con la historia cultural europea, habían sido muy pocos los investigadores que se abocaban a estudiar crímenes, delitos y cárceles, pese a la temprana influencia de Foucault en universidades latinoamericanas (…)

Para seguir leyendo: Lila Caimari y Máximo Sozzo (eds.), Historia de la cuestión criminal en América Latina, Rosario, Prohistoria Ediciones, 2017, 386 pp. Procesos históricos, 35, enero-junio 2019, 205-20 .

http://erevistas.saber.ula.ve/index.php/procesoshistoricos/article/view/13813/21921924894