Olivier Compagnon, L’adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, col. L’épreuve de l’histoire, 2013, 394 p.

Dans L’adieu à l’Europe, Olivier Compagnon revisite et renouvelle les études sur la déprise des modèles européens de la modernité dans les imaginaires politiques et culturels des élites latino-américaines, au cours des années 1920 et 1930, à partir des cas argentin et brésilien. À la différence de ces prédécesseurs qui ont observé dans ce phénomène un processus multi-causal de moyenne durée, Olivier Compagnon pose l’hypothèse de la première guerre mondiale comme rupture, comme élément de discontinuité, comme facteur d’accélération et de cristallisation ayant conduit les élites à "redéfinir les …

Dans L’adieu à l’Europe, Olivier Compagnon revisite et renouvelle les études sur la déprise des modèles européens de la modernité dans les imaginaires politiques et culturels des élites latino-américaines, au cours des années 1920 et 1930, à partir des cas argentin et brésilien. À la différence de ces prédécesseurs qui ont observé dans ce phénomène un processus multi-causal de moyenne durée, Olivier Compagnon pose l’hypothèse de la première guerre mondiale comme rupture, comme élément de discontinuité, comme facteur d’accélération et de cristallisation ayant conduit les élites à “redéfinir les …