España: ha estallado la memoria

Acerca de: Gonzalo Pasamar (ed.), Ha estallado la memoria. Las huellas de la Guerra Civil en la Transición a la DemocraciaMadrid, Editorial Biblioteca Nueva, 2014. Reseña publicada en Caravelle, 110/2019 

Transition, démocratie, retour du franquisme, fermetures d’archives essentielles à l’étude du contemporain dans ses différentes déclinaisons : les débats qui animent la communauté historienne à l’endroit d’une Espagne toujours clivée par son actualité politique partent fréquemment d’un moment clé pour ne pas dire fondateur de cette lutte des mémoires sans fin. La Guerre civile retient ainsi l’attention des historiens comme celle de l’opinion publique et des médias, les souvenirs des uns nourrissent les écrits des autres, en une mise en exergue des témoignages apportés par les (derniers) survivants de cette période tragique et complexe tout à la fois. Suite à la promulgation de la Loi pour la mémoire historique (2007), ce qu’il est convenu de désigner comme les usages politiques du passé ont investi un espace public que les historiens s’appliquent dès lors à se réapproprier. Cet ouvrage, fruit de la collaboration d’une bonne douzaine de spécialistes dans le cadre d’un projet de recherche coordonné par Gonzalo Pasamar, reconsidère cette irruption de la mémoire de la guerre civile, aussi bien collective qu’individuelle, pendant la période de la transition à la démocratie, en d’autres termes à partir de 1975, du « franquisme tardif » et de ses avatars. Dans la perspective d’une histoire politique et culturelle, il revisite, et même redécouvre, les « traces » de l’événement dans la mémoire des Espagnols, ainsi que les mémoires concurrentes en présence sur ce thème sensible de l’histoire nationale. 

Dans sa présentation, Gonzalo Pasamar indique qu’il s’agit non seulement d’investir un nouveau champ de recherche mais aussi de susciter une discussion historiographique. En témoignent les premiers chapitres centrés sur les expériences du temps, la relation de la société de l’après-franquisme à son passé, autrement dit les régimes d’historicité (…)

Para seguir leyendo: https://journals.openedition.org/caravelle/3498