Le Venezuela est une île

Censure à l’encontre des médias y compris étrangers, départ des compagnies aériennes: l’isolement du pays découle d’une stratégie conçue de longue date d’après le modèle cubain
Un graffiti à Caracas, au Venezuela, représentant l’ancien président Hugo Chávez, et le héros Simón Bolívar, «libérateur de l’Amérique latine». Photo Luis Robayo. AFP

Le 29 août 2017, un jour à marquer d’une pierre blanche. Devant la conférence des ambassadeurs, le président Emmanuel Macron qualifie le régime vénézuélien de «dictature», soulignant également la crise humanitaire à laquelle est confronté le pays. Fin du silence diplomatique et de la complaisance lequel, pendant des années, a couvert les échanges avec le Venezuela, depuis la France ou ailleurs. L’une des dernières tentatives des thuriféraires de la dictature, «insoumis» et autres experts autoproclamés, de défendre un modèle désormais indéfendable, consiste à cet égard à rejeter la responsabilité de la situation sur le successeur de Hugo Chávez. Nicolás Maduro, président depuis la disparition du «commandant suprême» et «Bolívar du XXIe siècle» en 2013, serait confronté à la «guerre impérialiste» menée par les Etats-Unis, alors que les échanges entre les deux pays, pétroliers notamment, n’ont jamais vraiment été remis en question par les deux parties, si ce n’est très récemment par l’administration… américaine. Il serait un leader moins charismatique, privé des ressources qu’assuraient jusqu’en 2012 les hauts cours du pétrole. Soit. Les images qui demeurent, celles des correspondants de presse, de photographes et de journalistes qui ont pu faire leur travail avant d’être censurés, emprisonnés ou expulsés s’agissant des envoyés étrangers, témoignent toutefois d’une répression gouvernementale démesurée à l’encontre d’une population civile non armée. Non armée si ce n’est d’un violon comme le jeune musicien violemment appréhendé. Non armée, comme cette vieille femme participant à un exercice de tir pour obtenir de quoi nourrir sa famille en échange de sa participation à la mobilisation générale décrétée par le régime afin de défendre le pays de «l’agression impérialiste». Autrement dit, de quoi obtenir des Clap (comités chavistes d’approvisionnement, lesquels fournissent leurs partisans exclusivement en produits de première nécessité) de quoi survivre en ces temps de crise humanitaire sans précédent.

En fait, c’est bien avant le «chavisme» qu’il convient de situer les origines de la catastrophe (…)

Poursuivre la lecture sur Libération : http://www.liberation.fr/debats/2017/08/31/le-venezuela-est-une-ile_1593332

 

Le Venezuela et la “guerre civile” : une histoire du temps présent sous tension

Voici pourquoi on ne peut pas encore parler de guerre civile au Venezuela

Les mésusages du concept de "guerre civile" ne reposent que sur une instrumentalisation idéologique de l'histoire et un discours anti-impérialiste.

ANDRES MARTINEZ CASARES / REUTERS Voici pourquoi on ne peut pas encore parler de guerre civile au Venezuela. HuffingtonPost.fr 08/08/2017

Attentisme, fidélité réitérée au chef de l’Etat par la voix du ministre de la défense, mais aussi répression directe et démesurée: tel est le panorama que présente aujourd’hui un pays mobilisé voire révolté contre un régime que le Secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, n’hésite pas à qualifier de “dictature”. Evoquer le spectre d’une “guerre civile” n’a toutefois, dans le contexte vénézuélien, que peu de sens, si ce n’est pour les spécialistes autoproclamés et autres idéologues de service.

L’asymétrie entre les acteurs du conflit est en effet patente. En termes de droit international, on ne peut décemment parler d’affrontement entre des groupes armés dans la mesure où c’est une opposition non armée qui se mobilise au quotidien et dans ses composantes les plus diverses contre le président Nicolás Maduro et ses velléités de refondation constitutionnelle du régime: une opposition tout d’abord politique, réunie dans la Table de l’union démocratique (MUD), dont il n’est pas inutile de rappeler qu’elle a été formellement créée en 2009 à la suite d’une autre mobilisation contre une autre réforme constitutionnelle, celle devant permettre la réélection de H. Chávez en 2012. Elle est rejointe par des secteurs critiques du chavisme, y compris des personnalités politiques (la procureure Luisa Ortega) et même, militaires.

Cette résistance civile apparaît sans ambigüité aucune dans les reportages réalisés depuis le début de la mobilisation en avril dernier (…)

Poursuivre cette lecture sur Le Huffington Post