L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”

Em livro, Daniela Arbex desmente suposto suicídio do guerrilheiro Milton Soares de Castro na ditadura

Cova no cemitério de Juiz de Fora onde estava enterrado Milton Soares de Castro, morto sob custódia dos militares na ditadura - Henrique Viard/Divulgação
Cova no cemitério de Juiz de Fora onde estava enterrado Milton Soares de Castro, morto sob custódia dos militares na ditadura – Henrique Viard/Divulgação
Membro do primeiro levante armado contra o regime, militante foi encontrado morto na Penitenciária de Linhares em Juiz de Fora.
Por Leornardo Cazes, O globo30/05/2015

RIO – Na página 212 do volume III do relatório final da Comissão Nacional da Verdade (CNV), divulgado no ano passado, aparece o retrato 3×4 de um jovem de cabelos pretos e rosto sério. Ele é Milton Soares de Castro, único civil a participar da guerrilha do Caparaó, na divisa dos estados de Minas Gerais e Espírito Santo, a primeira tentativa de levante armado contra a ditadura civil-militar brasileira. Castro foi preso no dia 1ª de abril de 1967, junto com outros sete companheiros, e levado para a Penitenciária de Linhares, em Juiz de Fora (MG). No dia 28 de abril, apareceu morto. Versão oficial: suicídio. Seu corpo sumiu. Milton Soares de Castro se tornou um desaparecido político. E é assim que o guerrilheiro é identificado no relatório final da CNV.

Contudo, desde 2002 a jornalista mineira Daniela Arbex vem reescrevendo as versões oficiais sobre a morte e o desaparecimento do militante político. Numa premiada série de reportagens publicada na “Tribuna de Minas”, de Juiz de Fora, ela relatou que o corpo de Castro estava enterrado na sepultura 312, quadra L, do cemitério municipal da cidade. Enterrado numa cova rasa, como se fosse um indigente. Depois de 35 anos, documentos da empresa funerária e da prefeitura comprovavam a localização do corpo. No entanto, como a família optou por não fazer a exumação, a CNV continuou a considerá-lo um desaparecido.

Para seguir lendo: http://oglobo.globo.com/cultura/livros/em-livro-daniela-arbex-desmente-suposto-suicidio-do-guerrilheiro-milton-soares-de-castro-na-ditadura-16303043