Venezuela : « C’est bien un phénomène totalitaire qui est en train de s’installer »

De Chavez à Maduro, Caracas est devenu un cas exemplaire de post-vérité relayée, en France, par les « insoumis » et autres agents d’influence, préviennent trois intellectuels vénézuéliens dans une tribune au « Monde ».

LE MONDE | 18.09.2017  Par Elisabeth Burgos, Pedro José Garcia Sanchez et Saraï Suarez

Tribune. Historienne, sociologue, journaliste : nous sommes trois Vénézuéliens de générations différentes vivant et travaillant en France. Voués aux sciences sociales et aux humanités, nous continuons d’entretenir une relation étroite avec le Venezuela : nous enquêtons sur ses problèmes sociaux, ses villes ou ses patrimoines ; nous nous interrogeons sur ses violences, sa démocratie et ses paradoxes depuis plusieurs décennies.

Nous avons tous trois cultivé nos sensibilités et notre pratique de gauche aux côtés de guérilleros devenus iconiques, dans les bidonvilles où certains d’entre nous ont grandi, et dans l’expérience de terrain et des strates diverses qui composent cette société. C’est pourquoi l’indignation nous gagne lorsque, au mépris de toute réalité factuelle, des révolutionnaires de salon, des politiciens affairistes et des experts en service commandé interviennent dans le débat français pour marteler des contre-vérités sur le Venezuela.

(…)

Alors que les authentiques démocrates européens et des Amériques sortent enfin de leur torpeur et dénoncent, sans ambiguïté, les pratiques gouvernementales mafieuses et déshumanisantes devenues ordinaires au Venezuela, voilà que des porte-voix du régime mènent une offensive pour édulcorer et relativiser une tragédie en cours. Leur mission : brouiller les cartes, diffuser des éléments de langage de pure propagande, en France et en Europe.

(…)

L’intox bat son plein

Aux traditionnels « insoumis » et autres acolytes s’ajoutent désormais des agents d’influence arguant d’une compétence autoproclamée. De prétendus experts qui se précipitent dans les médias. Avec une curieuse obstination, ils répètent à la télévision, à la radio, dans la presse et sur les sites d’information, le bréviaire chaviste (…)

Une toile d’araignée, qui n’est pas seulement communicationnelle, s’installe ainsi avec méthode. Pour le pouvoir en place et ses alliés, il s’agit d’enrober des choix tactiques cyniques et violents dans un packaging idéologique, de masquer la vérité nue, qui est une volonté de conservation du pouvoir à tout prix. Que vise un tel festival de post-vérités ? Que gagne la cour castro-chaviste française en faisant fi du raisonnement des chercheurs français (historiens, sociologues…) dont les travaux font pourtant autorité ? A qui conviennent ces termes du débat ?
(…)

Poursuivre la lecture sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/09/18/le-totalitarisme-s-installe-peu-a-peu-au-venezuela_5187043_3232.html#IrbAyXK03lhf3PA3.99

LE DROIT DES TRAITES ET DES ESCLAVAGES – base de données

BASE DE DONNÉES
LE DROIT DES TRAITES ET DES ESCLAVAGES

Textes juridiques internationaux, nationaux et locaux concernant les traites et les esclavages en Europe, en Afrique et dans les Amériques du XVe au XXe siècle

Base de données coordonnée Dominique Rogers et Myriam Cottias, réalisée dans le cadre du projet EURESCL (7e PCRD – Social sciences and Humanities)
Cette base de données recense les textes normatifs (lois, règlements, décrets, jurisprudences) pour des pays européens (France, Portugal, Espagne, Danemark, Grande-Bretagne) ainsi que pour leurs colonies (Caraïbes francophones -Saint-Domingue, Martinique, Guadeloupe, Guyane, Iles Vierges, Afrique du Nord, Afrique du l’ouest et Afrique de l’est), du XVème au XXème siècle. A ce corpus s’ajoute les Etats-Unis, et en particulier la Louisiane, le Canada et le Brésil (…)
http://droit-et-esclavage.blogspot.fr/
Accès direct à la base de données : http://www.eurescl.eu/index.php?option=com_chronoconnectivity&Itemid=142&lang=fr