L’indépendance de la Catalogne, un choix par défaut ?

© LLUIS GENE. AFP


1 octobre 2017 – 
Pour Stéphane Michonneau, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lille, l’indépendance est un mot attrape-tout qui cristallise des espérances, des frustrations et des rancœurs de tous ordres qui sont aussi celles de beaucoup d’autres Espagnols. Le catalanisme n’est que la traduction d’un malaise partagé par tous les Espagnols.

Aux marchands de peur qui voient dans le catalanisme un «populisme du riche» – le terme est pratique !- menaçant l’intégrité de l’Espagne et «les valeurs de l’Europe», les images de centaines de milliers de personnes dans les rues de Barcelone, pacifiques et déterminées, arborant des bulletins de vote et des urnes, apportent un démenti cinglant. Que voyons-nous ? Des masses manipulées par un quelconque dictateur ? Non. Nous avons simplement sous les yeux une foule galvanisée par un espoir d’émancipation collective, un rêve de contrôle de son destin. Bref, un demos en marche.

L’indépendance est un mot attrape-tout qui cristallise des espérances, des frustrations et des rancœurs de tous ordres, anciennes et moins anciennes, politiques et économiques, sociales et culturelles, et ce au risque d’immenses malentendus. Mais ces espérances, ces frustrations, ces rancœurs sont aussi celles de beaucoup d’autres Espagnols ; et l’indépendantisme catalan n’est que la traduction, «à la catalane», d’un malaise espagnol en partage.

Les griefs? L’abandon, d’abord. Sentiment d’abandon d’un État espagnol structurellement et historiquement faible, inefficace, incapable récemment de protéger les Espagnols des effets la terrible crise qu’ils ont connue. Les Espagnols n’ont pas découvert hier cette réalité. (…)

Cet État, seulement capable de construire un sentiment national espagnol unanime par intermittence – comme par exemple lors de la Constitution de 1978 -, a laissé des espaces où le désir d’un État propre a prospéré. Ainsi est né le catalanisme à la fin du XIXe siècle (…)

Poursuivre la lecture sur http://www.liberation.fr/debats/2017/10/01/l-independance-de-la-catalogne-un-choix-par-defaut_1600076

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”

Bientôt une « Loi de Mémoire Démocratique » en Andalousie ?

LeyDeMemoria_imagen

Afin de pallier les insuffisances de la loi dite de Mémoire Historique, portée par le gouvernement socialiste (PSOE) de José Luis Rogríguez Zapatero et adoptée en décembre 2007, la Junta de Andalucía, dirigée par une coalition IU (Izquierda Unida) et PSOE de mars 2012 à mars 2015, s’est lancée dans l’élaboration d’une loi de Mémoire Démocratique qui devrait être soumise au débat parlementaire en Andalousie.

Les étapes du processus

Demandée par Izquierda Unida, dans le cadre des accords de gouvernement entre les deux partis, une Direction Générale de Mémoire Démocratique est créée (décret du 5 juin 2012) pour impulser, coordonner et accompagner les actions et initiatives visant à établir la vérité sur la répression franquiste, retrouver les corps des victimes et rendre publique la mémoire des exactions commises, entre autres missions. Des mesures concrètes ont déjà été prises dans ce cadre : indemnisation d’anciens prisonniers et victimes de la répression politique, distinctions honorifiques, subventions de constructions commémoratives, de travaux de recherche universitaire, expositions, publications, etc.

En septembre 2013, le Groupe de Travail sur les Disparitions Forcées ou Involontaires de l’ONU visite l’Espagne et rend ses conclusions dans un rapport pointant « la portée limitée de la Loi de Mémoire Historique [2007] ; l’absence de budget pour son application ; la permanence de la Loi d’Amnistie [1977], telle qu’elle a été interprétée par les autorités judiciaires ; l’impunité pour tous les cas de disparition forcée ; l’absence de délit autonome de disparition forcée ; la difficulté d’accès aux archives ; et l’inexistence d’un plan national de recherche des personnes disparues »[1]. Izquierda Unida s’appuiera sur cette visite et les avis rendus publics dans la presse à cette occasion pour promouvoir l’avant-projet de Loi de Mémoire Démocratique ; celui-ci est validé par le gouvernement autonome en mars 2014 et retoqué par le Consejo Consultivo de Andalucía en décembre 2014 pour en assurer la constitutionnalité. Le projet de loi est ensuite approuvé par le Conseil de Gouvernement andalou le 20 janvier 2015 ; il attend actuellement d’être débattu au Parlement autonome. Continuar leyendo “Bientôt une « Loi de Mémoire Démocratique » en Andalousie ?”

El franquismo, 40 años después

El franquismo, 40 años después, en ocho artículos de Babelia/El País 8/4/2015

Los cuarenta años transcurridos desde la muerte de Francisco Franco han sido analizados a fondo en Babelia y por importantes novedades del mercado editorial. No solo los libros, también la historieta se ha sumergido en la realidad social de la España entre la Guerra Civil y la Transición. Los historiadores abordan el debate: ¿qué sobrevive de aquel régimen?

Un franquismo de tebeo
El retrato de la vida cotidiana durante la dictadura constituye ya un subgénero de la historieta española, menos atenta a la figura del dictador. Por TEREIXA CONSTELA

De la Guerra Civil a la Transición, en viñetas
Una selección de las seis mejores obras que dibujan los siniestros años de la dictadura

La verdad de la dictadura aún molesta
La sociedad española enterró el franquismo en su vida cotidiana, pero sigue dividida. Un debate entre Almudena Grandes, Julián Casanova y Mirta Núñez

Queda Franco para rato
Julián Casanova ha escogido a una decena de historiadores que saben lo que se traen entre manos para contarnos algunas partes de esta historia. Por JORGE M. REVERTE

La sombra de Franco es alargada
Una eclosión de títulos sobre el dictador analizan la evolución de su imagen en la propaganda, los intentos de atentar contra él y sus apoyos en los servicios secretos. Por ENRIQUE MORADIELLOS

¿Qué queda del franquismo?
La buena noticia es que el franquismo ya es historia. La mala, que su fin no significa que todas sus señas de identidad hayan desaparecido. Las dos visiones de ISAAC ROSA y MERCEDES CABRERA

Y otros más… en: http://cultura.elpais.com/cultura/2015/04/02/babelia/1427971896_868804.html

Le prisme des émotions dans l’histoire du temps présent – Amérique latine Espagne

« L’utilité de toutes les passions ne consiste qu’en ce qu’elles fortifient et font durer en l’âme des pensées, lesquelles il est bon qu’elle conserve, et qui pourraient, sans cela, en être effacées »[1]. Mémoire et émotions s’égrainent d’une seule main, ce qui favorise certes le risque d’une histoire « compassionnelle », le péché d’empathie avec le témoin, mais ce qui fait aussi que pour l’historien du temps présent les émotions sont la « réalité saisissable »[2] d’une histoire incarnée. En effet, l’expression des affects à travers les manifestations du corps n’accompagnent pas seulement l’évocation du passé dont elles conservent la trace. Elles le convoquent en une intériorisation du souvenir qui confère une proximité à l’événement inscrit dans le passé. Elles colorent le prisme à travers lequel les agents du souvenir, chercheurs et porteurs de mémoire mêlés, construisent dans le présent leur relation au passé dans un espace public. Car à la croisée des enjeux de mémoire convergent « un passé qui ne passe pas »[3] et un présent qui l’interroge à l’aune de ses propres inquiétudes[4]. Lorsque dans les années 2000 la société espagnole se divise sur la question des fosses de la guerre civile et de l’inertie d’une symbolique franquiste dans la cité[5] ; lorsque les lieux et les moments commémoratifs de la guerre du Sentier Lumineux engendrent de nouvelles violences au Pérou ; lorsque les organisations et les élites amérindiennes s’organisent pour l’écriture d’une contre-histoire en Bolivie, au Chili, en Équateur ou que le régime chaviste au Venezuela transforme la figure de Simon Bolívar et le culte historique consensuel en un dogme politique, et que la Commission Vérité et Justice au Paraguay engage une véritable ingénieurie de l’histoire pour changer radicalement le rapport que la société entretient avec son passé autoritaire, les souvenirs mettent les corps en mouvement en raison certes des représentations du passé qui les habitent, mais en raison aussi de leur circulation dans le présent au regard que les uns et les autres se font des possibles à venir.

(…)

Cette immédiation entre le passé et le présent, dont les émotions constituent le prisme sensible, est l’objet de notre recherche. Le monde hispanique (Amérique latine et Espagne), au-delà des circulations transnationales qui intègrent les « passés à vif » à l’échelle de cette aire culturelle[10], est un laboratoire privilégié pour observer à travers les jeux d’acteurs la concurrence entre régimes d’historicité. La prégnance des régimes héroïques enracinés dans le XIXe siècle des fondateurs de la patrie et de la construction de l’État-national ainsi que dans les résistances indigènes à la conquête et sa martyrologie chrétienne reste forte, tandis qu’elle se heurte à la montée en puissance du temps des victimes et des reconfigurations présentistes mondialisés[11].

(…)

Le rapport que les sociétés entretiennent avec leur passé n’est pas seulement le fruit de l’invention d’une tradition, de pratiques mnémoniques et d’une discipline de recherche, il participe également de l’intuition. Elle prend forme en Amérique latine dans les tensions durables entre des « citadelles historiographiques » et les partisans d’une « contre-histoire », sans cesse revendiquée et renouvelée, de révisionnismes récurrents qui vont bien au-delà des simples conflits de mémoire. Pour beaucoup il s’agit de défendre une identité, dont l’estime de soi est enchâssée dans une représentation du passé qui remonte fréquemment à l’Indépendance (1810-1811), dont le Bicentenaire a été très opportunément célébré et récupéré par les gouvernements en place.

(…)

[1]. Descartes R., Les Passions de l’Âme, dans Œuvres et lettres (texte présenté par André Bridoux), Paris, Gallimard/Bibliothèque de la Pléiade, 1970, p. 730 [1649].

[2]. Boquet D. et P. Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, n° 61, 2011, p. 5-24.

[3]. Selon la formule de Conan É. et H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passé pas, Paris, Gallimard, 1996.

[4]. Capdevila L. et F. Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique Latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

[5]. Segura A., A. Mayayo, Q. Solé (éd.), Fosses comunes i simbologia franquista: ponències de les jornades, Barcelona, 9 i 10 d’octubre 2008, Catarroja, Editorial Afers, 2009.

[6]. Descartes R., Les Passions de l’Âme, op.cit, p. 715.

[7]. Camps V., El gobierno de las emociones, Barcelona, Herder Editorial, 2011.

[8]. Farge A., Effusion et tourment. Le récit des corps. Histoire du peuple au XVIIIe siècle, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 15.

[9]. Berthier N., Sanchez-Biosca V., Retóricas del miedo. Imágenes de la Guerra Civil española, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

[10]. Pérotin-Dumon A. (dir.), Historizar el pasado vivo en América latina, http://www.historizarelpasadovivo.cl/es_home.html

[11]. Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003 ; Fassin D. et R. Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007 ; Ferro M., Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007.

[12]. Capdevila L. et F. Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. op.cit.

INTRODUCTION  à Luc Capdevila, Frédérique Langue (coords.), Le passé des émotions. D’une histoire à vif Amérique Latine et Espagne, Rennes, PUR, 2014.

Pour accéder au texte complet, à la table des matières, aux présentations ouvrage et auteurs