A lire sur le Carnet de l’IHTP : “Colombie, octobre 2016”, par Anne Pérotin-Dumon

À cinq jours d’intervalle, il y a un mois, la Colombie a vécu coup sur coup deux évènements. La signature d’accords de paix par son président Juan Manuel Santos et le chef des FARC ou Forces armées révolutionnaires de Colombie. Puis le rejet d’extrême justesse de ces accords par un plébiscite. Les accords allaient mettre fin à un conflit armé qui dure depuis 52 ans. Après quatre ans de négociations à la Havane avec la médiation de plusieurs pays, ils devaient aboutir au désarmement de la guérilla la plus ancienne d’Amérique latine.

Les négociations ont repris à huis clos, à la Havane. Pour revoir les accords sans ôter ses chances à la paix en exigeant la reddition des FARC. « Tout processus de paix est imparfait, la ligne qu’il trace entre justice et paix laisse beaucoup de gens mécontents. Mais une justice parfaite ne permet pas la paix, » rappelait déjà Santos interviewé par le quotidien espagnol El País au moment où les négociateurs mettaient la dernière main aux accords.

Un cessez-le-feu est en vigueur. Il est jusqu’ici respecté par les FARC qui, juridiquement parlant, demeurent des rebelles. Leur démobilisation qui devait s’effectuer sous contrôle de l’ONU dans des zones neutres désignées à cet effet, est au point mort. Sitôt le résultat du plébiscite connu, le message « #acuerdosya : on veut la paix ! » a circulé sur les réseaux sociaux. Depuis, des marches et autres initiatives pour la paix se succèdent dans les grandes villes.

Après la séquence déconcertante des accords puis leur rejet, entre le 26 septembre et le 2 octobre, la Colombie vit en suspens, entre guerre et paix. Ça nous donne le loisir de réfléchir sans subir la tyrannie des dernières nouvelles (…)

Poursuivre la lecture sur https://ihtp.hypotheses.org/2241

Ecclesiastical and Secular Sources for Slave Societies

The Ecclesiastical and Secular Sources for Slave Societies (ESSSS) project, directed by Jane Landers and administered at Vanderbilt University, digitally preserves endangered ecclesiastical and secular documents related to Africans and Afro-descended peoples in the Americas. Other non-European groups, such as Chinese and indigenous groups are also represented. This website provides information about the project and its history and tools that allow researchers to search the ESSSS database containing nearly 300,000 documents from diverse archives in four countries. While most of the documents contained here belong to the eighteenth and nineteenth centuries, there are also Cuban and Spanish Florida documents from the sixteenth century and Brazilian documents from the seventeenth.
On this website you will find areas dedicated to each geographic entity — Brazil, Colombia, Cuba, and Spanish Florida — and additional resources to assist in your research. We welcome feedback and encourage researchers to share the research and transcripts that they develop based on the ESSSS website.requests that you please send along your articles, dissertations, theses, essays, or teaching materials that rely on sources found in our database so that we can showcase your work on the website.
The project has benefited from NEH and British Library Endangered Archives Programme grants and is maintained by the Jean and Alexander Heard Library at Vanderbilt University. They continuously expand the collection, while improving accessibility of the volumes that have already been digitized.
<a href=" (ESSS)”> (ESSS)