Le Venezuela et la “guerre civile” : une histoire du temps présent sous tension

Voici pourquoi on ne peut pas encore parler de guerre civile au Venezuela

Les mésusages du concept de "guerre civile" ne reposent que sur une instrumentalisation idéologique de l'histoire et un discours anti-impérialiste.

ANDRES MARTINEZ CASARES / REUTERS Voici pourquoi on ne peut pas encore parler de guerre civile au Venezuela. HuffingtonPost.fr 08/08/2017

Attentisme, fidélité réitérée au chef de l’Etat par la voix du ministre de la défense, mais aussi répression directe et démesurée: tel est le panorama que présente aujourd’hui un pays mobilisé voire révolté contre un régime que le Secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, n’hésite pas à qualifier de “dictature”. Evoquer le spectre d’une “guerre civile” n’a toutefois, dans le contexte vénézuélien, que peu de sens, si ce n’est pour les spécialistes autoproclamés et autres idéologues de service.

L’asymétrie entre les acteurs du conflit est en effet patente. En termes de droit international, on ne peut décemment parler d’affrontement entre des groupes armés dans la mesure où c’est une opposition non armée qui se mobilise au quotidien et dans ses composantes les plus diverses contre le président Nicolás Maduro et ses velléités de refondation constitutionnelle du régime: une opposition tout d’abord politique, réunie dans la Table de l’union démocratique (MUD), dont il n’est pas inutile de rappeler qu’elle a été formellement créée en 2009 à la suite d’une autre mobilisation contre une autre réforme constitutionnelle, celle devant permettre la réélection de H. Chávez en 2012. Elle est rejointe par des secteurs critiques du chavisme, y compris des personnalités politiques (la procureure Luisa Ortega) et même, militaires.

Cette résistance civile apparaît sans ambigüité aucune dans les reportages réalisés depuis le début de la mobilisation en avril dernier (…)

Poursuivre cette lecture sur Le Huffington Post

Les raisons de l’impasse au Venezuela

©CARLOS GARCIA RAWLINS / REUTERS

Alors que le Venezuela est secoué par une crise politique et humanitaire, la position du pays sur la scène internationale reste ambiguë (…)
TRIBUNE. Les mobilisations et la grève générale lancées par l’opposition ont été marquées par une répression démesurée et des violences meurtrières. Après trois mois et demi d’affrontements entre les partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro et ses opposants, on déplore plus d’une centaine de morts, des opposants assassinés, des étudiants jugés par des tribunaux militaires, des médias contraints à l’autocensure ou à la fermeture, des journalistes et même des magistrats arrêtés.
On pourrait gloser à l’infini sur les raisons de ce qui apparaît désormais comme une impasse, aussi bien au niveau national qu’à l’échelle internationale. Dégradation d’un pouvoir aux mains d’un leader dépourvu de charisme, téléguidé depuis Cuba, pénuries alimentaires et de médicaments, auxquelles s’ajoutent des divisions au sein du « chavisme », comme en témoigne la défection de la procureure Luisa Ortega.
(…)
Poursuivre la lecture sur Le Monde : http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/07/27/les-raisons-de-l-impasse-au-venezuela_5165679_3232.html#R5q0VRo8XDX3tOig.99