L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En homenaje a ©Osvaldo_Otero

L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. 

Un dossier de Conserveries Mémorielles #20, 2017.

Introduction

Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel[1]. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale).  Continuar leyendo “L’histoire du temps présent Amérique latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations”

Ditadura não poupou asfalto nem favela, mostra estudo

Documentos analisado pela Comissão Estadual da Verdade do Rio de Janeiro (CEV-Rio) - Reprodução / APERJ
Documentos analisado pela Comissão Estadual da Verdade do Rio de Janeiro (CEV-Rio) – Reprodução / APERJ

Comunidades do Rio foram alvo do aparato da ditadura

Por Mariana Alvim, O Globo, 11/07/2015

RIO — Um documento do Departamento de Ordem Política e Social (Dops) de 9 de dezembro de 1964 registrou a incursão de uma “turma de policiais” à Favela do Esqueleto, no Maracanã. Alvo da operação, o plebiscito em que os moradores iriam se posicionar sobre a remoção de barracos planejada pelo governo de Carlos Lacerda foi proibido, e seu organizador, Etevaldo Justino de Oliveira, acabou preso.

Entre mais de 300 páginas de documentos analisadas pela Comissão Estadual da Verdade do Rio de Janeiro (CEV-Rio), em um grupo de estudos voltado para a repressão nas favelas cariocas, os pesquisadores consideram que este é um dos mais representativos das conclusões às quais estão se aproximando na fase final de trabalho.

Entre elas, está a noção de que a repressão militar foi intensa já nos primeiros anos de ditadura e extremamente capilarizada, chegando a qualquer área onde houvesse algum tipo de resistência.

Para seguir lendo: http://oglobo.globo.com/brasil/ditadura-nao-poupou-asfalto-nem-favela-mostra-estudo-16733945

Site da Comissão Estadual da Verdade do Rio de Janeiro (CEV-Rio)

Em livro, Daniela Arbex desmente suposto suicídio do guerrilheiro Milton Soares de Castro na ditadura

Cova no cemitério de Juiz de Fora onde estava enterrado Milton Soares de Castro, morto sob custódia dos militares na ditadura - Henrique Viard/Divulgação
Cova no cemitério de Juiz de Fora onde estava enterrado Milton Soares de Castro, morto sob custódia dos militares na ditadura – Henrique Viard/Divulgação
Membro do primeiro levante armado contra o regime, militante foi encontrado morto na Penitenciária de Linhares em Juiz de Fora.
Por Leornardo Cazes, O globo30/05/2015

RIO – Na página 212 do volume III do relatório final da Comissão Nacional da Verdade (CNV), divulgado no ano passado, aparece o retrato 3×4 de um jovem de cabelos pretos e rosto sério. Ele é Milton Soares de Castro, único civil a participar da guerrilha do Caparaó, na divisa dos estados de Minas Gerais e Espírito Santo, a primeira tentativa de levante armado contra a ditadura civil-militar brasileira. Castro foi preso no dia 1ª de abril de 1967, junto com outros sete companheiros, e levado para a Penitenciária de Linhares, em Juiz de Fora (MG). No dia 28 de abril, apareceu morto. Versão oficial: suicídio. Seu corpo sumiu. Milton Soares de Castro se tornou um desaparecido político. E é assim que o guerrilheiro é identificado no relatório final da CNV.

Contudo, desde 2002 a jornalista mineira Daniela Arbex vem reescrevendo as versões oficiais sobre a morte e o desaparecimento do militante político. Numa premiada série de reportagens publicada na “Tribuna de Minas”, de Juiz de Fora, ela relatou que o corpo de Castro estava enterrado na sepultura 312, quadra L, do cemitério municipal da cidade. Enterrado numa cova rasa, como se fosse um indigente. Depois de 35 anos, documentos da empresa funerária e da prefeitura comprovavam a localização do corpo. No entanto, como a família optou por não fazer a exumação, a CNV continuou a considerá-lo um desaparecido.

Para seguir lendo: http://oglobo.globo.com/cultura/livros/em-livro-daniela-arbex-desmente-suposto-suicidio-do-guerrilheiro-milton-soares-de-castro-na-ditadura-16303043

Le prisme des émotions dans l’histoire du temps présent – Amérique latine Espagne

« L’utilité de toutes les passions ne consiste qu’en ce qu’elles fortifient et font durer en l’âme des pensées, lesquelles il est bon qu’elle conserve, et qui pourraient, sans cela, en être effacées »[1]. Mémoire et émotions s’égrainent d’une seule main, ce qui favorise certes le risque d’une histoire « compassionnelle », le péché d’empathie avec le témoin, mais ce qui fait aussi que pour l’historien du temps présent les émotions sont la « réalité saisissable »[2] d’une histoire incarnée. En effet, l’expression des affects à travers les manifestations du corps n’accompagnent pas seulement l’évocation du passé dont elles conservent la trace. Elles le convoquent en une intériorisation du souvenir qui confère une proximité à l’événement inscrit dans le passé. Elles colorent le prisme à travers lequel les agents du souvenir, chercheurs et porteurs de mémoire mêlés, construisent dans le présent leur relation au passé dans un espace public. Car à la croisée des enjeux de mémoire convergent « un passé qui ne passe pas »[3] et un présent qui l’interroge à l’aune de ses propres inquiétudes[4]. Lorsque dans les années 2000 la société espagnole se divise sur la question des fosses de la guerre civile et de l’inertie d’une symbolique franquiste dans la cité[5] ; lorsque les lieux et les moments commémoratifs de la guerre du Sentier Lumineux engendrent de nouvelles violences au Pérou ; lorsque les organisations et les élites amérindiennes s’organisent pour l’écriture d’une contre-histoire en Bolivie, au Chili, en Équateur ou que le régime chaviste au Venezuela transforme la figure de Simon Bolívar et le culte historique consensuel en un dogme politique, et que la Commission Vérité et Justice au Paraguay engage une véritable ingénieurie de l’histoire pour changer radicalement le rapport que la société entretient avec son passé autoritaire, les souvenirs mettent les corps en mouvement en raison certes des représentations du passé qui les habitent, mais en raison aussi de leur circulation dans le présent au regard que les uns et les autres se font des possibles à venir.

(…)

Cette immédiation entre le passé et le présent, dont les émotions constituent le prisme sensible, est l’objet de notre recherche. Le monde hispanique (Amérique latine et Espagne), au-delà des circulations transnationales qui intègrent les « passés à vif » à l’échelle de cette aire culturelle[10], est un laboratoire privilégié pour observer à travers les jeux d’acteurs la concurrence entre régimes d’historicité. La prégnance des régimes héroïques enracinés dans le XIXe siècle des fondateurs de la patrie et de la construction de l’État-national ainsi que dans les résistances indigènes à la conquête et sa martyrologie chrétienne reste forte, tandis qu’elle se heurte à la montée en puissance du temps des victimes et des reconfigurations présentistes mondialisés[11].

(…)

Le rapport que les sociétés entretiennent avec leur passé n’est pas seulement le fruit de l’invention d’une tradition, de pratiques mnémoniques et d’une discipline de recherche, il participe également de l’intuition. Elle prend forme en Amérique latine dans les tensions durables entre des « citadelles historiographiques » et les partisans d’une « contre-histoire », sans cesse revendiquée et renouvelée, de révisionnismes récurrents qui vont bien au-delà des simples conflits de mémoire. Pour beaucoup il s’agit de défendre une identité, dont l’estime de soi est enchâssée dans une représentation du passé qui remonte fréquemment à l’Indépendance (1810-1811), dont le Bicentenaire a été très opportunément célébré et récupéré par les gouvernements en place.

(…)

[1]. Descartes R., Les Passions de l’Âme, dans Œuvres et lettres (texte présenté par André Bridoux), Paris, Gallimard/Bibliothèque de la Pléiade, 1970, p. 730 [1649].

[2]. Boquet D. et P. Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, n° 61, 2011, p. 5-24.

[3]. Selon la formule de Conan É. et H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passé pas, Paris, Gallimard, 1996.

[4]. Capdevila L. et F. Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique Latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

[5]. Segura A., A. Mayayo, Q. Solé (éd.), Fosses comunes i simbologia franquista: ponències de les jornades, Barcelona, 9 i 10 d’octubre 2008, Catarroja, Editorial Afers, 2009.

[6]. Descartes R., Les Passions de l’Âme, op.cit, p. 715.

[7]. Camps V., El gobierno de las emociones, Barcelona, Herder Editorial, 2011.

[8]. Farge A., Effusion et tourment. Le récit des corps. Histoire du peuple au XVIIIe siècle, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 15.

[9]. Berthier N., Sanchez-Biosca V., Retóricas del miedo. Imágenes de la Guerra Civil española, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

[10]. Pérotin-Dumon A. (dir.), Historizar el pasado vivo en América latina, http://www.historizarelpasadovivo.cl/es_home.html

[11]. Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003 ; Fassin D. et R. Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007 ; Ferro M., Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007.

[12]. Capdevila L. et F. Langue (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle. op.cit.

INTRODUCTION  à Luc Capdevila, Frédérique Langue (coords.), Le passé des émotions. D’une histoire à vif Amérique Latine et Espagne, Rennes, PUR, 2014.

Pour accéder au texte complet, à la table des matières, aux présentations ouvrage et auteurs

Declassified Diplomacy with Brazil: National Security Archive Hails Obama Administration Decision to Assist Brazilian Truth Commission


Declassified Diplomacy with Brazil
The Obama administration advanced the principle of international openness, accountability and support for human rights this week when Vice President Joe Biden transferred to President Dilma Rousseff a set of newly declassified U.S. government documents relating to Brazil’s military dictatorship, which held power from 1964 – 1985.
Visiting Brazil for the World Cup soccer competition, Biden announced that the Administration would conduct a further review and release of still secret U.S. records to help to the Brazilian Truth Commission; the commission is investigating human rights abuses under military rule and due to issue its final report at the end of 2014.
(…)
The United States covertly supported the military coup that deposed President Joao Goulart on April 1, 1964, and maintained close ties to Brazil’s military rulers during the dictatorship. American diplomats, intelligence operatives and military personnel reported routinely, and in detail, about regime policies – and abuses. The Archive has obtained the release of portions of this critically important historical record through the Freedom of Information Act, and has posted a number of files relating to the U.S. role in the 1964 coup that brought the dictatorship to power (…)

National Security Archive June, 20, 2014

Ecclesiastical and Secular Sources for Slave Societies

The Ecclesiastical and Secular Sources for Slave Societies (ESSSS) project, directed by Jane Landers and administered at Vanderbilt University, digitally preserves endangered ecclesiastical and secular documents related to Africans and Afro-descended peoples in the Americas. Other non-European groups, such as Chinese and indigenous groups are also represented. This website provides information about the project and its history and tools that allow researchers to search the ESSSS database containing nearly 300,000 documents from diverse archives in four countries. While most of the documents contained here belong to the eighteenth and nineteenth centuries, there are also Cuban and Spanish Florida documents from the sixteenth century and Brazilian documents from the seventeenth.
On this website you will find areas dedicated to each geographic entity — Brazil, Colombia, Cuba, and Spanish Florida — and additional resources to assist in your research. We welcome feedback and encourage researchers to share the research and transcripts that they develop based on the ESSSS website.requests that you please send along your articles, dissertations, theses, essays, or teaching materials that rely on sources found in our database so that we can showcase your work on the website.
The project has benefited from NEH and British Library Endangered Archives Programme grants and is maintained by the Jean and Alexander Heard Library at Vanderbilt University. They continuously expand the collection, while improving accessibility of the volumes that have already been digitized.
<a href=" (ESSS)”> (ESSS)